Pourquoi l'homme a-t-il perdu ses poils ?

Dans le portrait de famille des primates, nous paraissons bien nus au milieu de nos cousins.
L'homme, sans poils ? Vraiment ? En réalité – vous pouvez vous amuser à les compter si le cœur vous en dit – nous en portons tout de même près de 5 millions. Et contrairement à une idée reçue, les hommes n'auraient pas plus de poils que les femmes : ceux des premiers sont juste plus épais et plus longs.
 
 
Mais avant de s'interroger sur le pourquoi de notre pilosité discrète, intéressons nous d'abord à l'intérêt d'avoir une fourrure. En effet, la majorité des mammifères en est pourvu ; pourquoi ?
 
La fourrure a un intérêt évident pour les mammifères vivant dans des zones froides. Mais de manière plus large, les poils servent de protection contre l'humidité, les rayons solaires, les parasites, les éraflures…
 
La fourrure peut aussi servir de camouflage lorsque la pigmentation s'adapte au milieu environnant. Enfin, les poils peuvent abandonner tout rôle de protection et prendre une utilité sociale : l'abondance, le bon état des poils, leur couleur peuvent servir à communiquer entre individus (je suis un mâle alpha). En effet, la qualité de la fourrure reflète souvent l'état de santé de l'individu !
 
Si la majorité des mammifères possèdent une fourrure, certains l'ont perdue. Ce sont des animaux que l'on retrouve en milieu aquatique (dauphins, baleines), sous-terre (rat-taupe) ou lorsque les milieux sont trop chauds et que les animaux sont grands (éléphants, rhinocéros…). Mais l'homme ? A priori, aucune théorie scientifique ne mentionne sérieusement que l'homme soit passé, au cours de son évolution, par des ancêtres aquatiques, vivant sous-terre ou ayant le gabarit d'un éléphant
Les tentatives d'explication de la perte de fourrure chez le genre homo ne font pas l'unanimité dans la communauté scientifique. Voici cependant l'hypothèse qui est la plus envisagée aujourd'hui :
 
Lorsque les ancêtres de l'homme ont commencé à sortir de la forêt, à se redresser, à marcher de manière active sur leur deux pieds, à chasser, courir… bref, avoir une activité soutenue qui donne chaud, les poils ont pu commencer à devenir handicapants. Lorsque nos ancêtres ont quitté la forêt, ils se sont retrouvés exposés à la chaleur de la savane. Gare à la surchauffe ! Parallèlement à la perte des poils, un système efficace de régulation de la température du corps s'est développé : la transpiration. On retrouve en effet chez l'homme un très grand nombre de glandes eccrines (responsables de la transpiration), entre 2 et 5 millions !
La perte des poils pourrait donc être le résultat d'un changement d'environnement et d'attitude chez nos ancêtres, qui se sont progressivement adaptés au milieu aride de la savane africaine et aux longues marches.
 
On se doute bien que la réponse à ce genre de question n'est pas aisée : les seuls indices que nous ont laissés nos ancêtres sont de petits morceaux d'os… Pas de traces de poils, ni de momies suffisamment anciennes, conservées dans la glace par exemple !
 
Mais des outils nouveaux nous permettent aujourd'hui d'aller un peu plus loin. Il se trouve que l'on connait un gène (morceau d'ADN) qui participe à la pigmentation de la peau. Un variant de ce gène, M1CR, qui donnerait à la peau une couleur foncée, a parfois été retrouvé lors d'analyses génétiques sur des os anciens. On peut dater son apparition dans la lignée humaine à environ 1,2 millions d'années. Cela veut dire que c'est à peu près à cette époque que les hommes ont commencé à avoir la peau noire. Et avant ? On peut penser que nos ancêtres avaient la peau rose, recouverte d'une fourrure, comme c'est le cas chez les chimpanzés par exemple. Lorsque les poils ont commencé à disparaitre, il a fallu trouver un moyen de protéger la peau des rayonnements du soleil : la peau est devenue foncée !
 
Il y a 1,2 millions d'année, date supposée d'apparition de la coloration de la peau, on pouvait rencontrer dans les plaines africaines l'homo ergaster : bipède, apte à chasser le gros gibier, il est aussi le premier de la lignée à avoir quitté le continent africain !  Un sacré marcheur, qui a peut-être laissé une partie de ses poils sur sa route…
 
Pourquoi a-t-on gardé quelques poils ? Malgré notre longue histoire de poils, au cours de laquelle nous en avons évacués une bonne partie, il nous en reste tout de même : sur les bras, les jambes, ils se montrent relativement discrets. Mais pourquoi a-t-on des cheveux ?

 

Lorsque notre ancêtre s'est aventuré dans les plaines africaines, en plein soleil, il n'avait pas encore inventé la casquette. Pour éviter la surchauffe au niveau de la tête, il a pu être avantageux de garder des poils à cet endroit. Les cheveux crépus ont un double avantage : tout frisottés, ils forment un petit coussin qui emprisonne de l'air et isole la tête. C'est un scénario envisagé, peut-être d'autres viendront-ils dans les prochaines années…

 
Quand aux poils qui persistent aux aisselles et au niveau des organes génitaux, il a été proposé que c'était une protection (rappelez vous les avantages de la fourrure, au début de l'article) et/ou un moyen de diffuser des phéromones…
 
En résumé...
 
Pour étudier l'évolution humaine, les scientifiques n'ont accès qu'à des fragments d'informations : aucune théorie sur la perte des poils ne peut donc être affirmée avec certitude. Cependant, l'idée la plus répandue est que l'homme a commencé à perdre ses poils lorsque son activité physique s'est accentuée et qu'il s'est exposé à la chaleur. Pour continuer de se protéger le cerveau contre la surchauffe, conserver des cheveux sur la tête a pu être une aide utile. Les autres poils (aisselles, pubis, etc...) peuvent avoir un lien avec la protection contre les parasites et/ou la diffusion de phéromones.
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.8 (13 votes)

Commentaires

Utilisateur non enregistré

La perte de poils en guise d'adaptation environnemental n'explique pas pourquoi on a du les remplacer par des habits, on remarque que l'homme n'est pas vraiment adapté a son environnement vu qu'il a eu besoin de peau, de pulls, et de doudoune pour survivre. Ils me semble que nous sommes la seule espèce a utilisé ces genre d'outils.

Utilisateur non enregistré

Vous oubliez que l'homme est apparu près dans un environnement tropical, sur le continent africain. La théorie de l'adaptation à la chaleur peut donc être envisagée. Ce serait lors des migrations vers des endroits plus froids que l'homme a du se rhabiller !
Ce qui me gène quand même dans cette théorie, c'est que les autres mammifères qui vivent dans le même milieu tropical et qui doivent se déplacer et courrir après leurs proies, ont gardé une pilosité abondante !!!

Utilisateur non enregistré

A michel : vous oubliez que les éléphants et les hippopotames, n'ont pas de poil

Utilisateur non enregistré

Les pachidermes n'en n'ont pas besoin

Utilisateur non enregistré

Les gros animaux conservent plus la chaleur de leur corps. En effet, la perte de température est proportionnelle à la surface alors que la production de température est proportionnelle au volume.

Or lorsque la taille d'un animal augmente, le volume augmente avec le cube de celle-ci alors que la surface n'augmente qu'avec le carré de celle-ci, soit beaucoup moins vite.

Donc plus un mammifère est gros, plus il conserve la chaleur qu'il produit (les scandinavs sont d'ailleurs plus grand que les méditerranéens). Le poil, chez les gros mammifères devient donc un facteur d'hyperthermie, d'où sa disparition.

Utilisateur non enregistré

buy now tab isotretinoin isotret mastercard cod Levitra Cialis Viagra Differenze viagra Can Keflex Be Applied Topically

Utilisateur non enregistré

Erex Professional Von Sildenafil Buy Cheap Viagra Online Canada Levitra Acheter levitra purchase Cheap Viagra Fast Delivery Acheter Vrai Viagra En Ligne En Antibes