Pourquoi ferre-t-on les chevaux ?

La question

"Le cheval est le seul animal dans lequel on puisse planter des clous..." [Jules Renard] Heureusement, ça ne lui fait pas mal ! En effet, du point de vue anatomique, le cheval marche sur un doigt et le fer est fixé dans la partie cornée du sabot, là où il n'y a pas de nerfs (c'est l'équivalent de nos ongles). Les premiers fers à chevaux datent du IXème siècle et la grande majorité des chevaux sont aujourd'hui ferrés. Mais quelle est l'utilité du fer à cheval ?
fer à cheval

La réponse

Il est tellement commun de voir des chevaux ferrés que lorsque l'on demande aujourd'hui pourquoi aux jeunes cavaliers, ils sont bien embarassés de répondre. Certains postuleront que c'est pour éviter aux chevaux de glisser. Or c'est bien le contraire qui se produit : un fer à cheval diminue les frottements et rend les appuis beaucoup moins sûrs. Sur terrain humide ou herbeux, on fixe même souvent des crampons pour limiter les glissades !
 
En faisant l'analogie avec le port de chaussures, on pourrait penser que le fer est posé pour que le cheval ne se fasse pas mal. En effet, si ce dernier marche sur des cailloux pointus à « sabots nus », il peut se blesser la sole (sous le sabot) alors qu'un fer surélève les pieds et limite le contact. Mais ce n'est pas l'unique raison : les chevaux de concours et de clubs sont tous ferrés, alors qu'ils restent majoritairement sur le sable !
 
Et la raison est bien ici : si vous avez déjà couru pied nu sur du sable, vous avez peut-être ressenti le frottement et l'échauffement que cela produit sous le pied. Or un sabot de cheval, en corne, est littéralement limé par l'action du sable ! A raison de séances de travail d'une heure, parfois deux fois par jour, l'usure est importante... Idem pour le frottement sur le goudron ou le béton pour les chevaux de ville. Et le problème des chevaux qui travaillent, c'est que l'usure du pied est plus rapide que la pousse naturelle. On ferre donc les chevaux de travail pour éviter une usure trop importante de leurs sabots.
 
Et il n'y a encore pas si longtemps, on ferrait égellement les vaches ou les boeufs qui servaient au travail agricole! Mais c'était un autre labeur : un sabot de vache est en deux parties et l'animal est souvent bien moins coopréatif...
 
Error
Le saviez-vous ?
Tout comme les hommes peuvent porter des semelles orthopédiques, certains fers sont travaillés pour corriger des défauts d'aplomb chez le cheval. C'est entre autre l'étude de l'usure inégale des fers (entre un pied droit ou gauche, ou entre l'intérieur et l'extérieur des fers) qui permet de constater ces défauts.
 
En résumé...
 
Si l'on ferre les chevaux, c'est pour éviter une usure trop importante de leurs sabots. Chez les chevaux de club ou de compétition marcher ou courir dans le sable lime la corne de leur sabot plus vite qu'elle ne pousse. Le sabot surélève le pied et limite les frottements, l'échauffement et l'usure.

Pour aller plus loin...

- Fers orthopédiques (site internet d'ACR-concept)
 
 
Lien retour vers la boite à Pourquoi
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4 (10 votes)

Commentaires

Utilisateur non enregistré

Chachou and co:
Renseignez-vous vous aussi avant de répondre!

http://afpn.free.fr/crbst_30.html
les champions pieds nus qui font des 160kms, les américains sont forts pour ça (si vous lisez l'anglais):
http://piedsdenfer.fr/chevaux/index.html

Côté rando, Manon a fait 4000km pieds nus, cliente de Kourdane (Bob Herman)....
lisez un peu:
http://azurchevalnature.forum-free.org/t5056-endurance-pieds-nus

Peut-on pratiquer l'endurance pieds-nus?
http://podologie-equine-libre.net/2013/03/13/peut-on-pratiquer-landuranc...

Un genre de proto de boots:
http://khremly.canalblog.com/archives/2014/03/23/29504898.html

"Un cheval pieds nus est plus performant qu'un cheval ferré !
Toutes les disciplines sont praticables, de l'endurance de haut niveau au cross, en passant par les courses, la rando, l'attelage... et j'en passe !
Un cheval pieds nus ne glisse pas, a une meilleure traction, ne porte pas de poids supplémentaire, moins de défauts de locomotion, plus d'endurance et d'allant et un métabolisme amélioré. "
Bien entendu ça ne se fait pas du jour au lendemain et il faut être sérieux et patient dans l'adaptation! Offrir des conditions de vie en accord avec les besoins normaux des chevaux, ce qui n'est pas donné à tout le monde, d'où la facilité du ferrage...
Et une personne qui est responsable et respectueuse des besoins de son cheval déjà, ça m'étonnerai qu'elle fasse des course pour son plaisir perso, car à un niveau, ça devient juste une machine à courir qui carbure aux aliments industriels et aux médocs, le cheval n'a rien demandé lui, et ce n'est pas le respecter que de l'utiliser de la sorte pour son bon plaisir, allant au delà de ses capacités naturelles.
Le milieu sportif est trop irrespectueux du cheval, c'est pour cela que vous n'y verrez également pas beaucoup de cavaliers dit "au naturel". Etre perché sur des voiture de course vivantes, non merci, on préfère nos bois et nos chemins!

Lorsque c'est fait de manière pointue, professionnelle, tout va bien!
Ferrer son cheval est à la portée de premier venu, avoir un cheval pieds nus performant et sain l'est beaucoup moins! d'où la rareté de voir des chevaux comme ça, comme la rareté de proprios respectueux, à l'écoute et bon soigneurs!

Utilisateur non enregistré

En plus le fer encastèle le sabot, d'où gros soucis de pieds! + pourriture de fourchettes car elle est rétrécie, coincée, petite, un vrai nid à bactéries! Mais ça pour remarquer qu'un sabot n'est par normal et est déformé, encore faudrait-il que les traités de maréchalerie représentent de vrais sabots sains!!!! On dirait que les chevaux naissent avec les fers tellement ils sont représentés partout!!! Et mesdames, avec vos chaussures à talons toutes étroites, vous n'êtes pas loin de subir autant de problèmes... Maux de dos (cheval aussi!), de reins...
Le fer bloque l'expansion du pied, le déforme, réduit la durée de vie des chevaux et met leur santé à mal...
Bref, si vous ne voulez pas vous adapter au cheval, achetez une moto!
"Ferrer un cheval est commettre le péché du sacrifice de son accommodation à l'humain au détriment de sa santé (du cheval)" . Voilà, une belle phrase qui résume tout et explique pourquoi c'est hélas si courant! Merci Pete Ramey!

Je précise que comme beaucoup j'ai ferré mes chevaux par ignorance étant jeune et que je le regrette amèrement car si on m'avait ouvert les yeux (certains le font tout seuls, pas tous) ou parlé de ça, je n'aurais jamais fait subir ça à mes chevaux! Ils sont pieds nus, ils randonnent, ils sortent sur les chemins du causse, à leur rythme, avec plaisir, profitent des choses, sont en bonne santé, ont des beaux pieds sains et fonctionnels ! Et n’ont plus de soucis de dos, de pieds, de moral…

Bien entendu, le pied nu et le respect du cheval incombe à l'humain de changer son comportement s'il vient d'un milieu traditionnel, il pourra même s'interroger sur sa vie et sortir du tunnel car cela est lié, mais pour d'autres type de personne ça sera juste une évidence de plus sur son chemin et tout sera facile.....

Tous les chevaux peuvent être pieds nus (ils sont prévus pour, à la base quand même!), mais tous les propriétaires de chevaux ne sont pas aptes à les avoir pieds nus !
Il s’agit avant tout d’une démarche, d’une remise en question, d’une réflexion sur certains fondamentaux, sur des habitudes, sur une déviance considérée comme la normalité…

On en vient ensuite à s’interroger et se renseigner sur les alternatives (même pour soi) : kinésiologie, homéopathie, phyto,cheval miroir, l’approche holistique (yoga, thérapie craniosacrale par ex), le shiatsu…la vraie éthologie… etc etc etc

Dire d’un cheval qu’il ne peut pas concourir excepté ferré, cela reviens presque à dire qu’un sportif ne peux rien faire autrement que dopé…
Pourtant certains font des centaines de km de rando, de l’endurance, du saut, du dressage…sans fers ! Mais avec préparation, les chevaux ne sont pas déferrés de la veille ou moins d’1 an ! Et ils ont des conditions de vie adaptées.

Après, il existe des hippossandales qui (si elles sont parfaitement adaptées au cheval, attention !) qui permettent de protéger si le but est d’aller au-delà de la sensibilité et capacité naturelle du cheval comme lors d’une course ou en début de transition… Au moins une fois fini l’épreuve, elles s’enlèvent ! Et ne créent pas de problèmes tendineux et de déformations…
L’humain peut se déchausser et apprécier un bain de pieds après une course…Le cheval non ! Et combien ferrent avant une course ! Imaginez les traumatismes !

De plus les aliments industriels, granulés et autres sont très nocifs, contiennent trop de sucre (un poison pour le cheval !), sont inadaptés et sont causes de soucis gastriques, de maladies des pieds, de fourbures etc.

Les milieux équestres adaptent le cheval à leurs besoins au détriment de son confort, de sa santé, de son respect…
Le pied nu implique l’opposé, l’humain s’adapte aux besoins naturels du cheval…
D’où cette incompréhension et cette différence de milieux.
C’est un état d’esprit, une manière de réfléchir, de remettre en permanence en question des acquis, des fausses vérités, des techniques…sa manière de vivre aussi !
C’est une adaptation au cycle naturel, une ouverture d’esprit et une compréhension…
Ce n’est pas donné à tout le monde.

Et de plus pour être un bon pareur compétent, sérieux et intelligent, il faut une bonne dose d’humilité, se remettre en question, s’informer, s’adapter au pied, ne pas chercher à le modeler au bon vouloir de l’humain.
La majorité veut contraindre son cheval plutôt que de dialoguer avec. D’où le ferrage…. D’où le box, la carrière, les enrênements, les éperons, les mors…etc etc etc.
C’est un résidu militaire, datant d’une époque où le cheval était une machine dont on ne se souciait pas tant que le but était atteint (guerres, déplacement, travail etc).

Le pied nu n’est pas un moyen de faire des économies, si c’est l’unique raison, elle n’est pas bonne. Si elle mène à ouvrir les yeux et s’interroger, il y a du bon. Il faut bien un début à tout.
Mais cela implique du proprio qu’il participe et s’engage dans le processus !
Donc les cavaliers qui pensent qu’un coup de râpe suffit tous les 6 mois, qui veulent imposer une allure sur n’importe quel sol, ne rentrez pas dans le jeu, il n’est pas fait pour vous !

Quelques pareurs « célèbres », porteur de divers points de vue : Pierre Enoff, Maureen Tiernez, KC Lapierre, Pete Ramey, Jaime Jackson, Strasser… et d’autres à venir !

Un mémoire de maréchal « ouvert » à lire :
http://bruno.maudouit.free.fr/telechargement/Memoire_BTM_Bloch.pdf
Je ne suis pas croyante envers les religions, mais je trouve très juste cette phrase d’Anna Sewell, bien que l’on puisse s’interroger sur la notion de « bons » (attention aux dérives genre dormir en box, avoir la couverture, du grain, avoir les pieds protégés par des fers et graissés…) :
« Il n'y a pas de religion sans amour, et les gens pourront parler autant qu'ils le voudront de leur religion, s'ils n'apprennent pas à être aussi bons avec les animaux qu'avec les humains, c'est une imposture »
— Black Beauty, Chapitre 13, dernier paragraphe.

Utilisateur non enregistré

Effets nuisibles de la ferrure (voir avec les images sur ce lien http://sabotsnus.free.fr/articles/pied_fer_pb.htm)

par Antje Lücke

Le fer étant un matériel rigide, il met le sabot dans une espèce de camisole de force. Comme on a pu voir, le sabot ne se dilate pas uniquement au niveau des talons mais presque partout. Cette dilatation est empêchée par le fer; à la limite, les talons peuvent encore bouger, mais ce n'est même pas sûr. Regardons l'image suivante:

Si les talons frottaient vraiment sur les branches des fers, le frottement ne laisserait pas de traces aussi aiguës, vous ne pensez pas?

De plus, la fourchette ne peut pas toucher le sol, de sorte que le coussinet plantaire ne peut pas jouer son rôle de pompe et d'amortisseur, ce qui fait que le flux sanguin est très réduit. La chair veloutée ne peut plus se rétrécir et se dilater et l'os du pied ne peut plus s'abaisser assez car la sole a perdu sa souplesse, conséquence du mouvement latéral rendu impossible.

Mouvements du sabot ferré

De ce fait, le sabot est privé de sa fonction d'amortisseur et le choc que subit le sabot en touchant le sol est répercuté vers tendons, os et ligaments, ce qui a des conséquences négatives à long terme. Le coussinet plantaire ne peut plus soutenir le coeur et alimenter les membres de sang. Idem pour la chair feuilletée.

Le fer coince la boîte cornée et surtout la fourchette. En regardant encore une fois les images des pieds de mustang et la photo suivante, on s'aperçoit qu'au milieu de la fourchette se trouve une petite fente, la lacune médiane. Si celle-ci est bien large et va jusqu'aux glômes, c‘est signe que le sabot est "ouvert" et se trouve donc dans sa forme naturelle.

Le sabot "parfait"

Or, chez un sabot ferré, cette fente n'existe plus, car la fourchette est coincée. En plus, dans les fentes à droite et à gauche de la fourchette, appelées lacunes latérales, se trouvent des glandes sudoripares qui travaillent de façon naturelle dans un sabot nu. En fait, ce qui est censé être une pourriture de fourchette „parce que çà pue“ n'est souvent rien d'autre qu'un pied qui sue. Chez le sabot ferré, ces glandes sudoripares ne peuvent plus fonctionner correctement, car ils sont coincées. Avec le résultat que l'équilibre chimique du sabot, surtout de la fourchette, est perturbé. C'est la cause la plus fréquente d'une pourriture de fourchette – cela plus une litière pas propre, contaminée d'ammoniaque.

Comme le sabot est coincé, il pousse seulement à la verticale, donc de façon conique en longueur, mais pas en largeur. Du fait que la fourchette est coincée, le sabot devient de plus en plus étroit – même si un bon maréchal-ferrand essaie de parer à ce développement, il n'y arrive pas toujours et ce n'est pas de sa faute – pour finir en sabot encastelé En fait, il existe des avis différents sur le sabot encastelé. Beaucoup de vétérinaires et de maréchaux-ferrand ne considèrent un sabot comme étant encastelé que quand il ressemble à ceci:

Sabot extrêmement encastelé d'un Quarter Horse

Selon les spécialistes en sabots nus, l'encastelure commence bien avant, à savoir lorsque la lacune médiane de la fourchette n'est plus visible et les extrémités des talons sont anormalement rapprochées.

Quand le sabot marche sur un caillou, la paroi ne pourra plus égaliser le niveau entre caillou et sol car contrairement à la corne, le fer est rigide. Résultat: Ce sont les articulations qui doivent encaisser cette non-égalisation, ce qui mène également à des conséquences négatives... même pas à long terme: il arrive nettement plus souvent qu'un cheval ferré se tord un pied qu'un cheval pas ferré. En plus, la sole du sabot est muni de nerfs qui aident le cheval à tâter le terrain. Dans un sabot ferré, ces nerfs ne fonctionnent plus normalement de sorte que le cheval a le pied beaucoup moins sûr. De l'autre côté, c'est grâce à cette insensibilité que le cheval ferré semble marcher mieux sur du terrain dur, inconfortable.

La corne du sabot a un effet de gomme ce qui fait que le cheval ne glisse que minimalement sur un sol lisse comme par exemple l'asphalte. Un cheval ferré par contre adopte un pas glissant; à chaque pas il glisse un peu vers l'avant avec ses antérieurs: un mouvement qui doit être soutenu par les muscles (ce qui mène à des muscles contractés) et dur à supporter pour les articulations et tendons.

Comme la fourchette ne touche plus le sol et le coussinet plantaire ne travaille pas, comme la chair veloutée ne peut plus se dilater et rétrécir, dans les antérieurs jusqu'aux genoux et dans les postérieurs jusqu'aux jarrets, la circulation sanguine est très perturbée.

Thermogramme de deux postérieurs ferrés

Thermogramme de 3 sabots nus et 1 ferré

Du reste, au moment du ferrage, le sabot est soulevé, donc soumis à aucun poids. A ce moment, la chair veloutée se trouve dans son état rétréci. Et y reste lorsque le pied ferré est reposé par terre...

Le fer est fixé avec des clous, et même si on a la possibilité aujourd'hui d'en utiliser moins qu'autrefois (6 au lieu de 8), il faut les enfoncer dans la ligne blanche pour les faire ressortir de la paroi. Le mécanisme de sabot et donc le flux sanguin étant entravés, la corne perd sa souplesse, car elle ainsi que les tissus aux alentours ne sont plus alimentés. Or, pour une bonne qualité de corne, une bonne circulation sanguine est indispensable. Bactéries, microbes et ammoniaque peuvent s'introduire par les trous des clous. Les clous endommagent la chair veloutée et dessèchent et fragilisent la paroi. Dans la période froide, le métal des clous dirige le froid dans le sabot et en baisse la température. Le clou ne se trouve que dans la ligne blanche, mais comme la conductibilité du métal est assez importante, le froid est répandu dans les autres parties du sabot; il ne s'arrête pas à la paroi.

Le fer est un métal qui cause des vibrations considérables. Pour s'en rendre compte, il suffit de mettre un fer entre une pince, de le cogner sur une table et de toucher table et fer ensuite. Bien évidemment, pas tous les chevaux marchent exclusivement sur des pavés et de l'asphalte, mais lorsqu'ils le font, la vibration est énorme: en 1984, la cavalerie suisse a fait faire des examens à la faculté vétérinaire de l'Université de Zurich sur l'influence de la ferrure sur le sabot. Résultat: le choc que subit le sabot vivant muni d'un fer en touchant un sol dur est de 10 à 33 fois plus grand que celui d'un sabot pas ferré. La résonance dans la boîte cornée causée par l'oscillation du fer est d'environ 800 Hz par rapport à „seulement“ 150 Hz sur le pied ferré au plastique. Cela signifie que le ferrage cause cinq fois plus de vibrations d'une force considérable (800 Hz = 800 vibrations par seconde!), vibrations qui endommagent le tissus.

Les fers empêchent le développement correct du pied d'un jeune cheval. Aujourd'hui, le cheval est ferré dès qu'on le débourre, donc à 3 ans, voire plus jeune. Or, la croissance du pied s'arrête vers ses 5 ans. En plus, les fers sont tous munis d'un pinçon qu'il faut mettre en place à coups de marteau. Après quelque temps, l'os du pied ressemble à ceci:

A gauche: os du pied d'un sabot ferré aux talons hauts

A droite: os du pied en parfaite santé

Enfin, le fer est un matériel lourd qui, par conséquent, alourdit le pied du cheval. En fait, à chaque fois qu'il lève un pied, celui-ci, dû au poids supplémentaire, oscille pendant un petit moment avant de se poser par terre, faisant souffrir les articulations. De par la nature, le cheval est muni de pieds bien légers. De ce fait, il ne faut pas non plus oublier l'effet psychique sur le cheval: D'un moment à l'autre il se voit ses pieds alourdis considérablement et il se rend bien compte que ceci va rendre plus difficile sa fuite.

Pour finir, les fers constituent une source d'accidents non négligeable pour le cheval comme pour l'homme. C'est la raison principale pourquoi la plupart des chevaux domestiques sont privés d'une vie en harde: une bagarre entre chevaux aux sabots nus n'a normalement pas de conséquences néfastes; à la rigueur, les chevaux subissent quelques éraflures ou des hématomes, mais pas de fractures. Par contre, un cheval qui rue sur un autre cheval avec un sabot ferré cause presque toujours une blessure importante, voire une fracture. Sans parler de fers munis de mordax pas dévissés au pré! Quant aux blessures de chevaux et humains, je sais de quoi je parle: il y a quelques années, ma jument avait subi une ruade d'un pied ferré sur le paturon. Heureusement que l'impact n'a pas eu lieu plus haut, sinon je n'aurais plus de cheval! Ainsi, elle a "juste" eu une plaie avec flégmon, plaie dont la cicatrice est toujours visible. L'autre jour, ma jument qui était à côté de moi s'est effrayée et a fait un écart en sautant de tout son poids sur mon pied droit. J'ai un grand hématome sur le pied, mais rien n'est blessé et je peux marcher normalement. Une camarade australienne propriétaire d'un cheval ferré a eu moins de chance: son cheval effrayé lui a sauté sur les deux pieds et maintenant elle est à l'hôpital avec une fracture compliquée de la cheville droite et un pied gauche cassé.

La moyenne d'âge estimée de notre cheval domestique est bien basse quand on considère qu'un cheval pourrait vivre jusqu'à l'âge de 30 à 40 ans. Or, la plupart des chevaux sont euthanasiés avant l'âge et trois sont les causes principales de cette mort précoce: des problèmes de respiration (toux chronique, allergies, emphysème), des problèmes de digestion et de métabolisme (coliques, fourbure) et des problèmes de membres (tendinite, maladie naviculaire). Sans oublier les accidents sus-mentionnés. Bien évidemment, ces derniers problèmes ne sont pas uniquement dus à la ferrure, mais quand on considère tous les effets négatifs du ferrage, il n'est pas étonnant que celui-ci ait un impact sur la santé du cheval.

Utilisateur non enregistré

Les chevaux sauvages usent naturellement la corne de leurs sabots, parce que ce que ne dit pas l'article, et qui est le plus important c'est le parage, qui consiste pour le maréchal ferrant à limer la corne pour lui donner une forme qui assure l'équilibre, cela se fait naturellement dans la nature, pour ma part je ne suis pas pour la ferrure dans tous les cas, même pour les chevaux au travail, mais tout dépend du travail bien sûr. Les chevaux au pré sont souvent ferrés qu'à l'avant pour éviter les blessures en cas de ruades intempestives avec les copains. Dans la plupart des manèges le sable utilisé et un sable spécial qui n'use pas beaucoup la corne. Ce qui est également très important est le soin avant (pour s'assurer que rien ne risque de le géner) et après les séances pour entretenir, c'est absolument indispensable

Utilisateur non enregistré

voilà un avis complet de pro que je trouve parfaitement convaincant , tout est dit ! Merci

Utilisateur non enregistré

QUE CELA FAIT PLAISIR A LIRE !

Utilisateur non enregistré

Je ne possède pas de chevaux, mais j'ai dans l'espoir d'en avoir un bientôt. Depuis quelques jours.. je me pose donc beaucoup de questions sur le bien être du cheval.. et quels sont les meilleures conditions de vie pour mon eventuel futur compagnon(ainsi que pour tout les autres egalement!). De nature.. hum, nature! L'idée de ferrer un cheval ma immediatement interpellé.. sa manque cruellement de naturel non ?! De par cette logique, déja convaincu que cela devait certainement être nefaste pour l'animal.. je me suis mise à faire quelques recherches sur internet. Au vue de vos commentaires.. et au vue des différents reportages que j'ai pu regarder. Je suis entièrement convaincue par l'inefficassité du ferage, et je dirai même par l'aspect totalement nefaste pour l'animal. Je ne rentrerai pas dans les détails de la nourriture.. totalement inaproprié avec lequel les cavaliers "gavent" leurs animaux, prétendant les aimer. Retournons aux sources.. la nature.. le respect de ce que Dieu à crée.. avant que l'homme ne vienne troubler cette sérénité.

Amicalement.. une musulmane.

Utilisateur non enregistré

Le souci, c'est que tant que l'humain agira comme un dieu, sans respect, sans compréhension de la nature, ça n'ira pas.... Il se sent supérieur, est persuadé de mieux savoir et de mieux faire que tout le monde, il détourne les choses pour les plier à son image, à son égo, à sa volonté, faisant délibérément l'impasse sur l'équilibre que dame nature a su mettre en place depuis des millénaires... Mais comment faisait la Terre avant la venue de l'homme, la pauvre?????
Côté nourriture, c'est lié avec la bonne santé des pieds! Tout se retrouve dans le sabot... Médocs, sucre, bouffe granulés saturée, mauvaise santé, vie non adaptée etc.. Donc pour y pallier et aller plus loin, pour continuer d'aller au delà des capacités naturelles du cheval, ils le ferrent. Parce que bien entendu, un cheval pied nus nourri aux aliments industriels, ne vivant pas sur un bon terrain, surexploité, ça ne tient pas la route.... Ses pieds ne pourront fonctionner normalement et donc on dira "le pied nu? Trop nul, j'ai re-ferré!"
C'est un tout! Je pense qu'entre avoir un cheval "sauvage" qui n'est pas monté, façon mustang, et un esclave des courses, des clubs ou autre domaine de rentabilité, il y a un juste milieu.
Cependant il n'y a que dans le domaine du loisir où le cheval a une chance qu'on prenne le temps, qu'on s'adapte à lui pour lui offrir une vie correcte, certes pas de cheval sauvage (avec les risques que cela comporterait, prédateurs, froid, danger...), mais au moins d'animal de compagnie respecté, de partenaire, de compagnon....

Un paysan dirait: ça sert à rien alors comme bête, c'est un truc de riche... ça rapporte rien..
Tout dépend... Moi ça m'apporte de la sérénité, du bien-être, de la "zénitude émotionnelle", c'est mon anti-dépresseur, j'en ai la responsabilité.. Et ça vaut beaucoup, c'est plus efficace que certains psy ou médecins, donc on peut se poser la question, même si c'est pas remboursé par la sécu, c'est pas du fric foutu en l'air!
Combien dépensent dans des thérapies, des exutoires sportifs ou autres, des objets de consommation, de la malbouffe, des jeux plastocs à la mode pour les enfants, des vacances, des multimédias dont on peut se passer..????

A côté de tout ça, avoir un cheval, perso, ça me coûte 40€/mois (foin).. Après investissement des clôtures 500€, de matos équestre 2000€.. Côté véto/osthéo/dentiste, depuis 8 ans, 1000€ (surtout à cause d'une opération onéreuse)... Disons 5500€/8 ans, même pas 1000€/an pour l'entretien courant...
Ferrage 0€, mais compter 40€/2mois pour un parage sinon...

Faites le calcul de l'essence pour les loisirs, des Smartphones, ipad, sorties diverses, vous serez loin devant ça...

Mes chevaux m'ont évité de plonger dans des moments difficiles...ils sont une lumière sur nos routes, je pense que ça peut faire le pire de nous-même, comme le meilleur ...

Si on démarre par une réflexion telle que: comment lui permettre d'être bien dans ses pieds, de respecter un processus, de ne pas tricher, de trouver des alternatives, de faire des efforts pour y arriver sans choisir la voie la plus simple parce que c'est la plus directe, même si c'est pas la plus saine... on aura construit quelque chose!
A l'humain de faire un effort...
Tout le monde peut avoir un cheval en club, box, s'il est ferré.... Par contre faire l'effort de proposer l'environnement favorisant la bonne santé mentale et physique du cheval et de ses pied, ça c'est pas donné à tous!

Utilisateur non enregistré

Le cheval au naturel parcours une dixaine de km par jour sur differents types de terrains, son pied est concu pour!
Le fer a été crée au moyen age lors des conquetes ou les chevaux parcourais bien plus par jour et oui ils usaient donc bien leur pied!
Mais aujourd'hui ce n'est plus le cas, sauf pour certains qui pratique l'endurance par exemple.
Le cheval à été présent sur terre bien avant nous et nous savons que la nature fait bien les choses, non?

Utilisateur non enregistré

Bonjour,

Je suis adepte du pied nu. Cette métode ayant réussi à guérir mon cheval naviculaire, autant vous dire que je suis â 100% pour! Par la suite des études d'ostéopathie m'ont aider à comprendre le pourquoi du comment.
Pour revenir à la discussion, je pense qu'il ne faut pas faire de généralité, certains chevaux ont besoin de fers! Et oui quand les structures internes sont irrémédiablement atrophié,il faut bien le soulager quand même, de meme si le propriétaire n'est pas attentif à son cheval, oublier l'idée du pied nu, le fer lui causera moins de douleurs qu'un propriétaire négligent.
Effectivement il existe un lien entre pourriture de la fourchette et fer. Le fer permet par sa rigidité de diminue les apports nutritifs et informatifs su le pied, en conséquence les nocicepteurs et terminaisons libres qui servent a acheminé la douleur au système nerveux central sont atrophiés ou mis en veille selon l'état du pied. Cela permet au cheval de marché sans douleur. En étudiant l'histoire de la maréchalerie on se rend compte que les chevaux ont commençé â etre massivement ferrer lorsqu'ils ont été rentré en intérieur. ( donc fumier donc pourriture donc fer)
On a penser que les chevaux des armées etaient ferrer pour faire de longs trajets et que ceux des paysans n'en avaient pas l'utilité, hors ceci vivait dehors.
Mais tous est histoire d'interprétation :)
Ce que l'on peut dire avec certitude c'est que la nature est bien faite, effectivement il existe une boucle entre croissance de la corne et stimulation. En marchant le cheval pied nu amené plus de sang dans ces pieds, ce sang transporte les nutriments nécessaire à la bonne qualité et la pousse de la corne. Plus il marche plus il pousse en pied. Il y a deux limites à ce procédé, la première il faut que le pied fonctionne correctement pour que le procédé donne le maximum de sa performance. Structure/fonction. Une structure altérée ne peut fonctionner correctement de même une fonction altérée entrainera â plus ou moins long terme des répercussions sur la structure. Vous imaginez bien le cercle vicieux ou le cercle vertueux que ça peut créer en fonction de l'environnement, du propriétaire, et du maréchal .... C'est peut être la le vrai problème du pied nu, savoir communiquer, échanger avec respect et faire équipe autour d'un meme but! En attendant c'est le cheval qui trinque.
La deuxième limite c'est que la nature peut se trouver depaSsée par une surstimulation intense et répète non prévu dans son code génétique, le pouvoir d'adaptation des fonctions et de structures â des limites. Donc endurance supérieur à 40km= protections des pieds.

Sinon juste pour le côté abrasif du sable j'avoue que je n'y crois pas du tout, ayant été en stage dans un centre équestre avec tous les chevaux pieds nus, monter 6h le mercredi et samedi et 2h les autres jours dimanche compris ( oui c'était l'horreur, chevaux surexploités....) je peux vous dire que certains avaient les pieds longs. Ils etaient parer tous les deux mois.
De plus sur mon cheval je n'ai jamais remarqué que la corne poussait plus vite s'il ne fesait pas de carriére. Si le sable etait abrasif je m'en serais réjouie car le pied nu c'est du boulot ça pousse tt le temps :)

Cordialement.