La révolte des papillons

Introduction

Pour se déplacer, les chauves-souris utilisent une technologie de pointe : le sonar. Ce système d'émission-réception d'ultrasons leur permet de se repérer précisement dans leur environnement. Mais surtout, cela leur permet de pratiquer une chasse à l'efficacité fulgurante, de nuit, en gobant en plein vol de petites créatures insouciantes. Insouciantes ? Pas tant que ca en fait. Face à ces chasseurs hors pairs, les petits papillons de nuit, proies les plus fréquentes, auraient pu se résigner et accepter leur sort. Au lieu de ca, ils ont appris à connaître leur ennemi et au fur et à mesure de leur évolution commune à mettre en place des stratégies d'évitement. Et lorsque les papillons se révoltent, ca vaut le détour...

La chasse au sonar

Les chauves-souris utilisent un sonar : elles se déplacent par écholocation, principe de localisation des obstacles par analyse d'un écho. Elles émettent des ultrasons par leur bouche, par vibrations de leur larynx. Ces ultrasons heurtent un objet et sont renvoyés en écho à la chauve-souris qui les intercepte par ses oreilles.
Chasse au sonarElle peut ainsi se faire une idée de la forme des objets et de leur distance, selon la durée qui s'écoule entre l'envoi des ultrasons et leur retour à ses oreilles. Cette technique lui permet ainsi de se déplacer et de chasser dans l'obscurité la plus totale sans la moindre difficulté !
Les ondes utilisées par le système sonar de la chauve-souris peuvent aller de 50 000 à 200 000 oscillations par seconde (50 à 200 kHz). A titre de comparaison l'oreille humaine peut capter des sons de 20 000 oscillations par seconde (20 kHz) au maximum.
 
Il existe plusieurs types de cris, correspondant au besoin de précision de la chauve-souris. Lorsque la chauve souris se déplace, elle utilise des cris à longue portée, peu répétés (entre 10 et 30 cris par seconde). Lorsqu'une proie est repérée, elle utilise en plus des ondes de courte portée, mais beaucoup plus rapprochés pour obtenir un maximum d'information sur sa proie. Elle envoie alors environ 50 cris par seconde.
 
Sa technique typique pour attraper des proies en vol est la suivante : elle s'en rapproche en formant une courbe, ce qui lui permet de localiser précisement sa proie et son avancée, puis passe juste en dessous et la gobe.
Cette chasse est tellement efficace que l'on se demande encore comment les pauvres insectes pourraient avoir la moinde chance d'éviter leur sort funeste. Et pourtant, si vous tendez un drap à la tombée du jour, et que vous l'éclairez, vous constaterez que de nombreux petits papillons volètent encore. Preuve que certains arrivent à échapper à leur prédateur hors pair !

Statégies d'évitement

L'innovation la plus basique chez les papillons, mais qui sauve déjà beaucoup de vies, est simplement le fait de pouvoir capter les ultrasons de la chauve-souris en chasse.
Première stratégie : éviter le prédateur avant d'être détecté    
          Le principe : repérer la chauve-souris avant qu'elle ne repère le papillon.
 
Cela est possible lorsque la chauve-souris est en phase de recherche. Ses appels d'ultrasons sont de longues portée et espacés. A ce moment là, le papillon est suffisamment sensible pour capter ces sons, mais en revanche il est encore suffisamment loin pour que les ultrasons renvoyés en échos soient trop faibles pour la chauve souris. Tant qu'il se trouve dans ce cas, le papillon change simplement de trajectoire. 
 
Lorsque le papillon est repéré, le jeu devient plus corsé. La chauve-souris le bombarde d'ultrasons de courte portée pour le répérer précisément. Le papillon sait que la chauve-souris l'a repéré lorsqu'il capte des ultrasons de plus en plus forts et répétés. Là, il faut jouer le tout pour le tout.
2ème Stratégie : se cacher dans la végétation
 
 
 
          Le principe : rester vivant à tout prix en tentant un repli.
 
Dans un sursaut d'héroïsme, le papillon replie ses ailes et se laisse tomber comme une pierre vers le sol, en espérant que le couvert de la végétation va le protéger. Ce changement brutal d'attitude peut dérouter la chauve souris et si le papillon est proche du sol, ces secondes de répit peuvent suffire à le mettre à l'abri.
 
Si le papillon est loin du sol en revanche, la situation est plus dramatique pour lui.
 
3ème stratégie : tromper son ennemi en volant de manière désordonnée
 
 
          Le principe : tromper son ennemi.
 
Selon l'audace du papillon, ces tromperies peuvent être plus ou moins nobles. Dans un premier temps, le papillon repéré peut se mettre à voleter comme un hérétique, de manière désordonnée et dans tous les sens. Surprise par cet objet à la trajectoire imprévisible, la chauve-souris peut l'interpréter comme une feuille volante et décider de l'ignorer.
 
Les papillons les plus doués parviennent même à émettre leur propres ultrasons,  sur des fréquences analogues à celles employées par la chauve-souris. Cette technique n'est utilisée qu'en dernier recours, lorsque la chauve-souris envoie des signaux de phase terminale de chasse, ou lorsque ses cris deviennent plus rapides et furieux. Le résultat est époustouflant : dans la majorité des cas, la furie en chasse fait brutalement volte face, comme si elle évitait un obstacle. L'ingénieux papillon vient de détourner le sonar, en se faisant passer pour une proie trop grosse... ou même pour une autre chauve-souris !
Aucun vote pour le moment

Commentaires

Utilisateur non enregistré

Change From Clindamycin To Amoxicillin viagra Achat Viagra Pfizer Ligne