Le saviez-vous ?

Présentation de Sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
'Le saviez-vous?' De courtes anecdotes scientifique drôles et intrigantes à se mettre sous la dent et à discuter à la pause café.
  

Derniers en date :

 

Liste des "le saviez-vous"

Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.1 (8 votes)

L'ordinateur le plus rapide du monde

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Le JAGUAR, l'ordinateur le plus puissant au monde

Le FLOPS (FLoating point Operations Per Second) ou "nombre d'opérations à virgule flottante par seconde" est l'unité choisie pour évaluer la puissance des supercalculateurs, ces ordinateurs ultra-puissants.

 
Inauguré en Novembre 2009, l'ordinateur le plus puissant est à l'heure actuelle (fin Juin 2010) le JAGUAR (CRAY Inc.) du laboratoire Oak Ridge National Laboratory dépendant de l'U.S. Department of Energy. Ce monstre de 560m² est capable de soutenir 1,759 pétaFLOPS, c'est à dire quasiment deux milliards de milliards d'opérations par s econde. A titre de comparaison, une calculatrice a une capacité de 10 FLOPS et un ordinateur moyen de 20 000 FLOPS.
 
Composé de quelques 224.162 processeurs AMD Opteron de 6 coeurs à 2.4GHz et tournant sous un OS de type Linux, ce supercalculateur a coûté la bagatelle de 133 millions de dollars (95 millions €) et consomme 6950.60 KWatt : pas question de l'utiliser pour consulter ses mails!
 
Pourquoi de tels monstres de puissance sont-ils construits?  Simplement pour résoudre les tâches qui nécessitent une très forte puissance de calcul comme les prévisions météorologiques, l'étude du climat, la modélisation moléculaire (calcul des structures et propriétés de composés chimiques...), les simulations physiques (simulations aérodynamiques, calculs de résistance des matériaux, simulation d'explosion d'arme nucléaire, étude de la fusion nucléaire...), la cryptanalyse, etc.
 
Pour les plus férus, retrouvez les détails et caractéristiques complètes.
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (3 votes)

La plus grande machine du monde mesure plusieurs dizaines de kilomètres de long

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Vue d'artiste du LHSLa plus grosse machine du monde mesure plusieurs dizaines de kilomètres de long... Il s'agit du LHC, le Grand Collisionneur de hadrons du CERN. Successeur du LEP (Grand Collisionneur électrons-positons) dont il détrône le titre, le LHC a été crée dans le but de mettre en évidence l'hypothétique boson de Higgs, une particule qui pourrait expliquer pourquoi l'Univers a une masse.
 
Avec ses 27km de long, l'accélérateur de particules circulaire du LHC traverse quatre fois la frontière franco-suisse. Sa taille permet l'accélération des particules jusqu'à plus 99,99% de la vitesse de la lumière, tout en gardant leur trajectoire et le nombre des particules parfaitement sous contrôle: un monstre de précision!
 
Un petit tour sur le site du Guinness des records nous apprend que le LHC détient un certain nombre d'autres records de gigantisme dont celui "du plus grand électro-aimant supraconducteur [du monde, appelé le Barrel Toroid, et] mesurant 25 m de long et pesant 100 tonnes" également, "du plus long circuit de dépression, 54 km, autour duquel les protons sont accélérés à plus de 99,99 % de la vitesse de la lumière dans le LHC".
 
Détecteur ATLAS, partie du LHC du CERN
Détecteur ALTAS, coeur du Barrel Toroid, le plus grand aimant supraconducteur du monde.
Détecteur de particule du LHC, CERN
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4 (4 votes)

L'animal le plus fort au monde mesure 10mm de long

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Le champion incontesté de l'haltérophilie mesure 10 mm de long! Ce petit cuirassier orné de cornes est un scarabée bousier mâle appelé Ontophagus taurus. Il peut soulever 1141 fois son poids !
A titre de comparaison, c'est comme si un homme de 70kg pouvait soulever 80 tonnes, ou environ 6 autobus pleins !
Cet hercule du monde des insectes dépasse donc de trois fois le scarabée-rhinocéros qui était l'insecte le plus fort connu jusqu'à présent. Il possède également une force 100 fois supérieure à la fourmi, pourtant réputée pour ses capacités physiques.
 
Cette découverte, publiée dans la revue Proceeding of the royal society B, a été réalisée comme suit : un petit fil de coton a été accroché aux élytres de l'insecte, puis relié à une poulie et enfin accroché à un minuscule seau. En ajoutant du poids petit à petit, les chercheurs ont ainsi pu déterminer le poids maximal que ce scarabée était capable de soulever !
 
Le développement d'une telle musculature s'explique aisément: la force est -chez ces insectes- un facteur de sélection dans la compétition pour les femelles. Pour plaire à ces dames et avoir une chance de s'accoupler avec elles, il faut sortir vainqueur des combats de "fracasse-tête" dans les dédales des tunnels de fumiers. Seuls les plus forts transmettent leurs gènes, et l'évolution fait le reste...
 
 
sources :
Proceedings of the Royal Society B. Rob Knell et Leigh Simmons. Reporté dans ScienceShot.
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.3 (15 votes)

Quand se laver les mains devient anti-hygiénique...

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Icones: mains lavées au savonUn lavage de main trop rapide favorise le décollage des bactéries ou champignons présents sur les mains mais ne les tue pas !
En effet, trop de gens ont tendance à oublier que le savon n'est pas un désinfectant, mais  seulement un dégraissant. En se lavant les mains,  nous ne tuons donc pas les microorganismes mais les décollons simplement de la peau. C'est le rincage qui permet d'en éliminer la plus grande partie !
 
Un petit test amusant à faire en travaux pratiques consiste à déterminer la quantité de microbes que l'on porte sur les mains : sans lavage ; après lavage au savon et enfin après désinfection avec une solution hydroalcolique. Pour se faire, on dépose pour chaque cas la main sur une boite de Pétri contenant un milieu de culture, puis on laisse incuber [= on laisse les bactéries se développer].
Dans la majorité des cas, la culture provenant des mains lavées au savon est plus abondante que celle des mains avant lavage ; et oui, bien souvent on ne se rince pas les mains assez longtemps après les avoir frottées ! Du coup, les bactéries ou spores de champignons sont décollées des plis de la peau grâce au savon, mais ne sont pas correctement rincées et restent sur les mains: elles peuvent donc se déposent plus facilement sur tout ce que l'on touche.
 
N'allez cependant pas penser que se laver les mains ne sert à rien et ne vous les désinfectez pas systématiquement ! La plupart du temps, un bon lavage au savon (n'oubliez pas les ongles et les espaces entre les doigts) suivi d'un généreux rincage suffit à ôter une grande partie des microbes. Gardez la solution hydroalcolique pour les désinfections nécessaires, n'agressez pas votre peau sans raison...
 
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (2 votes)

La musaraigne superactive

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
 
musaraigneLe coeur de la musaraigne (Suncus etruscus) bat en moyenne au rythme de 1400 pulsations par minutes, et peut monter jusqu'à 2000 ! C'est 20 fois plus rapide que l'homme, et 40 fois plus rapide que l'élephant.
 
Ce petit mammifère, qui mesure environ 4 cm de long pour un poids de 2g, est constamment sur le qui-vive, que ce soit détecter les proies ou bien d'éventuels prédateurs et dépense à cet effet énormément d'énergie. Son coeur est donc une véritable pompe à énergie, et il atteint de telles vitesse qu'on dirait presque qu'il vrombit !
 
A titre de comparaison, l'homme a un rythme moyen de 70 pulsations par minutes ( parfois moins de 50 pour les sportifs !) et le coeur de l'élephant bat quant-à lui à la vitesse plus tranquille de... 25 pulsations par minutes en moyenne.
 
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 3 (2 votes)

La bactérie qui voulait envahir la terre

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
 
Bactéries E.coli
La bactérie E.Coli est capable de se diviser toutes les vingt minutes. Si on laissait une colonie issue d'une seule de ces cellules se diviser en continu, au bout de 6 jours, elle recouvrirait la surface de la Terre!
 
Heureusement -pour nous-, cette estimation est basée sur un cas hypothétique où les bactéries vivraient dans des conditions optimales : nourriture en continu, température idéale, absence de prédation et de substances nocives... Ce qui est impossible à obtenir sur toute la surface de la terre !
 
Les bactéries courent toujours le risque de se retrouver en pénurie alimentaire, de se faire bruler, noyer, congeler, avaler par d'autres cellules... Et il arrive souvent qu'une colonie s'autodétruise, empoisonnée par l'accumulation de ses propres déchets ! De manière générale, losrqu'une bactérie attérit sur un milieu qui lui convient, elle va commencer à se diviser, ses filles égallement, et chacune de plus en plus vite pour atteindre une phase de croissance exponentielle : le taux de croissance est constant, et la population augmente de plus en plus vite. Ce rythme effrené est possible parce que l'ADN de la cellule subit de nombreuses copies en continu : dès qu'une copie se met en route, une autre enchaine derrière, etc. C'est grace à ce mécanisme de copies multiples que la bactérie E.coli peut créer une cellule-fille toutes les 20 minutes ! Puis, au bout d'un moment, lorsque les conditions se dégradent, les cellules se divisent moins et la colonie finit par mourir.
 
Il est néanmoins intéressant d'observer que la croissance d'une colonie commence à ralentir avant que les ressources n'arrivent à pénurie... Comme si, d'une manière ou d'une autre, ces bactéries arrivaient à prévoir la fin proche de leur ressources et tentaient d'adapter leur rythme de croissance pour tenir le plus longtemps possible.
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.8 (6 votes)

Ce carré jaune ne contient pas de jaune !

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Saviez-vous que le carré jaune ci-contre ne contient pas du tout de jaune ? Oui oui, vous avez bien lu ! En lisant cet article, vous regardez ce carré via l'intermédiaire de votre écran : écran d'ordinateur, de téléphone, de smartphone ou même de votre tablette peut-être. Et bien, sachez-le, aucun n'affiche de jaune, aucune lumière jaune n'est émise et n'atteint vos yeux et pourtant, votre cerveau voit du jaune ! Par quel miracle ? Expliquons le tout de suite.
 
Tout d'abord, c'est quoi "être jaune" pour un objet ? Prenez un citron. Il est éclairé par la lumière du soleil, dite blanche. Cette lumière est un mélange des longueurs d'ondes de toutes les couleurs, du rouge au violet en passant par tout l'arc-en-ciel. 
Plus d'infos sur la lumière blanche : /pourquoi-les-arc-en-ciel-ont-ils-sept-couleurs
 
Reste maintenant que nos yeux ne percoivent la lumière que via l'intermédiaire de cellules particulières, les cônes et les batônnets, qui tapissent la rétine. Or pour faire simple, les cônes -qui détectent la couleur- ne "voient" que trois couleurs : leur perception est traduite par la production de trois type de protéïnes (appelées iodopsines) correspondant au Rouge, au Vert et au Bleu : le fameux RVB qui définit les couleurs en informatique.
Plus d'infos : Pourquoi voit-on en couleur ? (à venir)
 
La courbe ci-dessous (à gauche) représente la production des trois types de iodopsines selon les longueurs d'onde perçues par la rétine. Les flèches indiquent comment faire croire à notre cerveau qu'il voit du jaune : il faut faire en sorte que les cônes produisent un mélange des iodopsines correspondant au rouge et vert.
 
Avec seulement trois couleurs, il est ainsi possible de recomposer toutes les autres ! Et c'est ainsi que fonctionnent nos écrans ; chaque pixel est composé de trois petites lampes (appelée LED) de trois couleurs qui s'allument plus ou moins selon les couleurs. C'est ce que montre l'image du milieu ci-dessous.
 
Pour faire du jaune, il suffit alors d'allumer les LED rouges et vertes, comme le montre la dernière image à droite, ce sont trois pixels de notre image jaune grossie 60x ! Ainsi donc, vous voyez, il n'y a pas de jaune dans ce jaune !
 
Courbe de production d'iodopsine en fonction du spectre lumineuxVue grossie des pixels d'un écranPixel jaune grossit 60x
 
Error
Nous voyons les objets en couleurs par synthèse soustractive : blanc moins l'ensemble des couleurs absorbés par l'objet. (plus d'infos : Pourquoi les objets ont une couleur ? à venir)
En revanche, les écrans affichent les couleurs par synthèse additive : c'est la somme des petites LED rouges, vertes, bleues de chaque pixels crée la couleur perçue.
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.8 (8 votes)

Certaines fourmis comptent leur pas pour retrouver la fourmilière !

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Lorsque les fourmis quittent la fourmilière à la recherche de nourriture, elles doivent ensuite pouvoir retrouver leur nid ! Selon les espèces, certaines s'aident d'indices dans leur environnement (à droite après le caillou puis tout droit jusqu'à la brindille...), d'autres laissent derrière elle une trace odorante - telles des petits poucets. 
 
En 2006, des chercheurs ont découvert que des fourmis du désert (Cataglyphis fortis) utilisent un autre moyen pour retrouver leur fourmilière. On savait déjà qu'elles utilisent le soleil pour s'orienter, mais l'on ne comprenait pas comment elles gardent en mémoire la distance parcourue. C'est désormais chose faite : ces fourmis posséderaient dans leur système nerveux un véritable podomètre, capable de garder en mémoire -on ne sait pas encore comment- le nombre de pas effectués. La fourmi ne compterait pas véritablement (comme nous, 1, 2, 3...) mais elle aurait un système intégré qui effectuerait d'une manière ou d'une autre cette mesure et qui se remettrait à zéro à chaque retour au nid !
Logo question
Comment les chercheurs ont-ils découverts que les fourmis "comptent" leurs pas ?
Pour arriver à cette surprenante conclusion, les chercheurs ont modifié artificiellement la longeur des pattes des fourmis, en leur mettant ou enlevant des minuscules échasses. 
 
Expérience 1 : la fourmi effectue le trajet aller. Ensuite, les chercheurs lui fixent des "échasses" au bout des pattes et la laissent repartir vers la fourmilière. La direction est bonne mais la fourmi, qui fait des pas plus grands, dépasse la fourmilière !
Expérience 2 : la fourmi effectue le trajet aller équipée d'échasses. Pour le retour, on les lui enlève : elle fait le même nombre de pas, mes ses foulées sont plus petites ! Elles n'atteint pas la fourmilière et tourne en rond...
 
Cette fourmi du Sahara aurait donc un système de repérage utilisant à la fois le soleil (boussole) et le nombre de pas (podomètre). Ce processus ne serait pas un comptage conscient mais intégré au système nerveux. Les chercheurs supposent que ce système aurait pu émerger chez ces fourmis en raison de la particularité de leur environnement : il est presque impossible de prendre des repères visuels dans un désert et les odeurs s'évanouissent vite en raison des hautes températures. 
Des recherches sont actuellement menées pour comprendre le fonctionnement de ce étonnant mécanisme chez la fourmi, mais aussi pour le retrouver éventuellement chez d'autres espèces !
 
 
Pour en savoir plus :
- Article paru dans la revue Science, 30 juin 2006 (Vol. 312 no. 5782 pp. 1965-1967) : Matthias Wittlinger et collaborateurs, "The Ant Odometer: Stepping on Stilts and Stumps"
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 3.8 (4 votes)

Certains insectes utilisent les étoiles pour se repérer !

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Vierge: ne pas générer de sommaire automatique
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Le bousier d'Afrique. credit photo:Udo Schmidt, wikipedia (licence creative commons)Depuis toujours, les hommes ont utilisés les étoiles pour se repérer la nuit tombée. Mais saviez-vous que certains animaux le font également ?  Ce phénomène était bien connu pour certains oiseaux et mammifères tels que les phoques, mais n'était que soupçonné pour d'autres, comme les araignées et certains insectes.
 
Une espèce de bousier et sa balle de bouse credit photo:Rafael Brix, wikipedia (licence creative commons)
Deux équipes de chercheurs -en collaboration- ont récemment démontré que le bousier Africain, un petit coléoptère, est capable d’utiliser les étoiles et la lune pour se repérer la nuit. Ce petit insecte façonne des boulettes de bouse et les pousse avec ses pattes jusqu’à son terrier. Il est important pour lui de s'éloigner rapidement de la zone où il a façonné sa boulette et de retrouver rapidement son terrier; pour éviter de se la faire chaparder par d'autres bousiers !  Pour se repérer de jour, ils utilisent la position du soleil, et la nuit, ils utilisent la lune et la voie lactée.
 
Comment les chercheurs ont-ils prouvés cela ? Une partie des expériences consistait à mettre les bousiers avec leur boulette dans un planétarium. Les chercheurs y projetaient des images du ciel avec plus ou moins d’éléments (la lune, les étoiles les plus brillantes...) et ont calculé le temps que mettent les bousiers à réaliser un trajet d’un point A à un point B. Sans voie lactée ou lune, le bousier tourne en rond et se perd ; alors que par une nuit claire, celui-ci arrive à se repérer, se déplace en lignes presque droites et met beaucoup moins de temps à rejoindre son objectif.
 
Ces travaux ont été récompensés d’un Ig Nobel (prix humoristique « récompensant » les travaux de recherche les plus insolites), pourtant, ils apportent de nouveaux éléments sur les impacts d’une pollution encore aujourd’hui sous-estimée : la pollution lumineuse. Regardez le ciel ce soir par votre fenêtre. Si vous habitez proche d’une grande agglomération, il est probable que, même par une nuit claire, vous ne voyiez qu’une petite partie des étoiles de la voute céleste. Pourquoi donc ? Tout simplement car la ville reste éclairée la nuit, et cette lumière masque en partie la luminosité des étoiles. Cette émission de lumière a de profonds impacts sur certains animaux, notamment les insectes nocturnes qui vont être attirés par cette lumière. Ici, les chercheurs suggèrent l’importance de la visibilité des étoiles dans la vie de nombreux animaux.
 
Pour aller plus loin :
- Comprendre la pollution lumieuse et ces effets : https://www.notre-planete.info/environnement/pollution-lumineuse.php
- Site des IG Nobels : https://www.improbable.com/ig/winners/
 
Intervention de Marcus Byrne aux conférences TED en aout 2012, dans laquelle
il décrit ses découvertes sur le bousier manipulant sa boulette (sous-titres français).
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.3 (3 votes)

Certains poissons peuvent se noyer

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Combattant de SiamLes poissons vivent dans l’eau; c’est quelque chose de relativement connu !
Ils arrivent à extraire le dioxygène de l’eau grâce à un système respiratoire adapté au monde aquatique : les branchies. Cependant pour certains poissons, ce type de respiration est insuffisant. C’est notamment le cas pour les espèces de la famille des Labyrinthidés, dont le représentant le plus connu est le combattant du Siam (Betta Splendens).
Les poissons appartenant à cette catégorie vivent dans des marais, rizières, flaques d’eau, etc… Ces milieux sont naturellement pauvres en oxygène, surtout pendant la saison sèche. En effet, plus une eau est chaude, moins elle peut contenir de gaz dissout et donc de dioxygène - nécessaire à la survie du poisson.
Dans le cas présent, notre poisson se retrouve donc en situation inconfortable : il n'a pas assez d’oxygène dans son eau pour respirer correctement. Toutefois, comme son nom l'indique, le labyrinthidés possède un organe particulier : le labyrinthe.  Il s'agit d'un organe dont le fonctionnement est similaire sur certains espects à celui d’un poumon. Il est fortement vascularisé (il possède de nombreux vaisseaux sanguins) et, grâce à ses nombreux replis, il présente une grande surface pour les échanges gazeux. Ainsi, cette espèce s'est adaptée pour survivre dans des milieux pauvres en oxygène, en respirant l'air de la surface. La contrepartie, c'est que - privé d’accès à l’air libre - il peut mourir noyé par un manque de dioxygène !
 
Logo attention
Qu'en est-il des baleines ou des dauphins ? Certains d'entre vous ont sans doute entendu dire qu'ils n'utilisaient que l'oxygène de l'air, et étaient donc obligés de remonter à la surface pour respirer. Seulement, ces deux là ne sont pas des poissons, mais des mammifères marins ! Ils ont de véritables poumons, et plongent littéralement en apnée. S'ils sont empêchés de remonter à la surface, ils peuvent donc également se noyer...
 
Il existe aussi d’autres espèces que les betta qui peuvent profiter de l’air libre, mais dans une moindre mesure : Colisa, Corydoras... Ce sont aussi généralement des poissons de marais et d’eau chaude d’Asie ou d’Amazonie.
 
En résumé...
 
Certains poissons peuvent se noyer s’ils n’ont pas accès à l’air libre car ils sont tributaires de la respiration aérienne. Ce sont généralement des espèces vivants dans des zones dont l'eau est peu riche en oxygène ; ces espèces ont, au fil de leur évolution, développé une respiration aérienne en complément de leur respiration branchiale.
 
 
Pour aller plus loin ...
Les différents types de respiration annexe : http://malawitroc.free.fr/Chapitres/Poissons/respirer.htm
Le betta splendens : http://www.aquabase.org
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.8 (4 votes)

Connaissez-vous le cri du renard ?

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
"Les chiens font'ouaf', les chats font 'miaou', les oiseaux font 'cui-cui'"... Eh non, il ne s'agit pas d'un d'une chanson d'Henry Dès ni d'une comptine pour enfants de 3 ans, mais bien du dernier buzz musical qui fait fureur sur la toile. Dans cette chanson déjantée, le groupe de chanteurs norvégiens s'interroge sur le cri des animaux... et en particulier celui du renard.
 
Nous laisserons à nos lecteurs le choix d'apprécier ou non cette étonnante performance et nous profitons simplement du buzz pour nous interroger sur cette question : à quoi resemble effectivement le cri du renard ? 
 
Bien que l'on dise souvent que le renard "glapit", en réalité - et c'est le cas pour de nombreuses espèces- le renard ne possède pas un seul cri mais toute une variété de vocalises qu'il utilise selon les contextes. Des scientifiques auraient dénombré une douzaine de cris différents chez le renard adulte, dont voici les plus courants :
 
Les femelles utilisent aussi des vocalisations très variéees pour communiquer avec leurs petits : des cris d'appel pour les faire sortir du terrier, des cris d'alerte bref et forts, des sons graves et presque ronronnés pour les apaiser et signifier un contact amical....
 
Passons maintenant à la pratique : amusez vous à retrouvez ces différents cris dans la petite compilation ci-dessous !
 
Notez que si l'envie vous prend d'aller écouter glapir le renard dans la forêt, préférez les périodes crépusculaires, le renard étant essentiellement nocturne. Le goupil est méfiant : efforcez vous surtout de rester le plus discrets et silencieux possibles...
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 3.7 (19 votes)

Coôâ ? Le record du plus petit vertébré au monde ?

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
 
Le squidwormCôôa ? C'est ce qu'aurait pu répondre la nouvelle lauréate si on lui avait tendu le micro !
Comme vous le savez, les vertébrés (animaux qui possèdent un squelette interne, comme nous) varient énormément en taille : de l'éléphant à la musaraigne, la gamme est large...
 
Le plus grand vertébré vivant à l'heure actuelle est la bien connue baleine bleue, dont l'adulte peut atteindre presque 26m de long, alors que le plus petit que l'on connaissait était un petit poisson (Paedocypris progenetica) de 8mm de long. Ces deux espèces sont aquatiques ; on pense en effet que, dans l'eau, les espèces peuvent plus "facilement" atteindre des extrêmes de taille. L'eau, ayant une plus forte densité que l'air, porte les organismes et allège les forces pesant sur le squelette.
De la même façon, on pensait avoir trouvé les limites de la miniaturisation avec ce petit poisson, des os plus petits ne pouvant théoriquement pas être viables car trop fragiles.
 
C'était avant que l'équipe américaine d'Eric N. Rittmeyer ne découvre une petite bête qui repousse les limites du plus petit squelette et décroche la nouvelle palme : une minuscule grenouille (Paedophryne amauensis), dont la taille moyenne des adultes est de 7,7mm !
Observée en Nouvelle-Guinée, cet amphibien miniature possède moins de doigts et de phalanges que les espèces de plus grande taille, et présente quelques modifications au niveau du crâne et du nombre de vertèbres. 
 
A part ça, non seulement cette petite grenouille prouve que les squelettes peuvent être encore plus petit que ce que l'on pensait possible, mais en plus, elle est terrestre ! Or, les amphibiens se déssèchent très vite si le milieu n'est pas assez humide, et ce d'autant plus rapidement que l'animal est petit (parce que sa surface est très grande, relativement au petit volume de son corps).Le squidworm
Bizarrerie du monde vivant ? Disons plutôt que ces grenouilles sont dans un écosystème qui a leur a permit d'évoluer et de survivre ainsi. En restant sur terre, elles évitent un grand nombre de prédateurs aquatiques ; la forêt humide de Nouvelle-Guinée leur permet de ne pas se dessécher et leur taille minuscule de ne pas trop se faire repérér.
Une stratégie de discrétion efficace, puisque leur révélation au monde scientifique n'a été faite que fin 2011...!
 
 
sources :
Rittmeyer  EN,  Allison  A,  Gru¨ndler  MC,  Thompson  DK,  Austin  CC  (2012)  Ecological  Guild  Evolution  and  the  Discovery  of  the  World’s  Smallest Vertebrate. PLoS ONE 7(1): e29797. doi:10.1371/journal.pone.0029797
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (4 votes)

Curiosity : y a-t-il de la vie sur Mars ?

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article

Il roule sur mars !

 
Après un voyage de 570 millions de kilomètres qui aura duré 8 mois, Curiosity pose enfin les pieds – ou plutôt les roues – sur le sol de la planète rouge : Mars. 
« Atterrissage confirmé. Nous sommes sur Mars ». A 7h32 heure française, en ce 6 août 2012, le message tant espéré arrive enfin et met fin à plusieurs minutes d’angoisse. Quelques instants plus tard, les premiers clichés du robot sont réceptionnés au laboratoire de la NASA en Californie, et communiqués au monde. 
 
 
 
Si la qualité des photos laisse quelque peu à désirer, il faut savoir qu’elles ont été prises par un petit appareil destiné à n’envoyer que les toutes premières preuves de « bonne santé » de Curiosity. Celui-ci va maintenant procéder à son propre examen complet, vérifier que tout est en ordre et fonctionne bien ; il ne se mettra au travail véritablement que d’ici quelques jours.
 
Les premiers clichés envoyés par Curiosity : sur le cliché de gauche, on aperçoit une rue du robot posée sur le sol martien - sur le cliché de droite, le robot a pris une photo de son ombre sur le sol.
 

Sa mission : déterminer si mars a été / est viable !

Ce laboratoire scientifique de 900kg, juché sur 6 roues, est équipé de 80kg d’instruments (caméras, laser, chambres de test, station météorologique…) lui permettant d’effectuer son travail. 
Des missions précédentes ont permis de révéler la présence d’eau sur la planète rouge ; si elle est aujourd’hui rare et éphémère à l’état liquide, de nombreux indices montrent qu’elle a probablement été plus abondante par le passé, creusant vallées et canyons.
 
Curiosity, quant à lui, a en charge d’analyser le sol martien et les fragments de roche à la recherche de certains composés chimiques permettant la vie  - ou traduisant son existence : protéines, acides aminés et autres acides et bases liés à des composés carbonés complexes, reliquat du vivant. En plus de ramasser des échantillons de sol, Curiosity est équipé d’un laser permettant de vaporiser les couches superficielles des roches puis d’analyser la composition chimique des couches inférieures, grâce à une chambre de test intégrée !
 
Curiosity s’intéressera également à la composition en gaz de l’atmosphère martienne ; le méthane sera particulièrement recherché, car il peut vouloir dire que des bactéries sont présentes et actives (ou du moins l’ont été). Mais le méthane peut aussi venir d’une activité géologique, indépendante de toute vie : d’autres gaz seront donc recherchés, comme l’oxygène, le dioxyde de carbone, l’azote, l’hydrogène, le phosphore et le souffre. Ces gaz sont considérés comme étant les briques élémentaires nécessaires à l’existence d’une forme de vie… telle que nous la connaissons. 
 
Personne ne s’attend en revanche à rencontrer de petits hommes verts ni même de fossiles ; mais la présence de microorganismes sur mars montrerait que la terre n’est pas la seule planète à héberger de la vie !
Tous les regards et les espoirs sont donc dirigés sur les travaux de Curiosity, qui, alimenté par une batterie nucléaire, devrait avoir les ressources nécessaires pour mener ses recherches durant au moins une année martienne - soit 687 jours terriens. 
 
Pour l’instant, rien ne filtre du côté de la Nasa sur d’éventuelles missions humaines sur mars ; on sait cependant que repartir de cette planète serait une tâche complexe, et que si des astronautes partaient rejoindre Curiosity, ce serait pour l’instant avec un aller simple ! Ce dernier a tout de même en charge de relever un certain nombre de paramètres comme le taux de radiations, informant la NASA sur la protection à apporter aux potentiels voyageurs vers la planète rouge – au cas-où…
 

Le voyage de Curiosity : un challenge technique

Tout a fonctionné ! Aucune erreur dans les 500 000 lignes de code informatique ; les 76 engins explosifs embarqués à bord de la navette ont fonctionné avec une précision de l’ordre de la nanoseconde, permettant l’éjection des coques de protection et la libération des câbles retenant Curiosity, déployés lors de l’atterrissage. Celui-ci aura duré 7 minutes ; 7 minutes d’inquiétude, d’espoir et qui ont finalement abouti sur un happy end !
Retrouvez les étapes de cette manœuvre délicate et inédite dans l’histoire spatiale !
 
D'après les schémas de la NASA et du CNES. Cliquez sur l'image pour l'agrandir !
 
Error
Lors de son entrée dans l'atmosphère de mars, la capsule spatiale transportant Curiosity avance avec une vitesse supérieure à 21000 km/h ! Pour ralentir, elle entame une série de virages en S. Mais ça chauffe de plus en plus à sa surface ; cette capsule étant la plus grande jamais envoyée sur mars, elle affronte également les températures les plus fortes qu'une navette marsienne ait rencontrée, soit plus de 2100°C ! Les ingénieurs ont dû protéger la navette de matériaux spéciaux l'empêchant de fondre. A l'intérieur, Curiosity poursuit son voyage sous une température plus clémente, qui ne dépassera pas les 25°C...
 

Une prouesse technique à plusieurs niveaux

Bien que souffrant depuis quelques temps d’une réputation ternie auprès du grand public et de coupes budgétaires, le succès de la NASA dans l’atterrissage de Curiosity récompense pourtant son ambition dans le développement de deux technologies clés. D’une part un système de navigation autonome, qui a guidé le robot jusqu’à la zone d’atterrissage ciblée. D’autre part, la mise au point d’un ensemble de câblages permettant de déposer délicatement sur ses roues le plus lourd robot jamais envoyé sur sol extraterrestre ; une tâche jusque-là réalisée par des airbags.
 
Error
Un message envoyé par Curiosity depuis Mars,ne mettra qu'une dizaine de minutes en moyenne à arriver aux ingénieurs terriens ! Plus exactement, un tel message mettra entre 5 et 20 minutes avant de parvenir à son destinataire, selon la position de Mars et de la Terre sur leurs orbites respectives.
 
Les orbites de Mars et de la Terre autour du soleil. Plus les planètes sont proches, plus vite les messages seront transmis de l'une à l'autre !
 
- Pour en apprendre plus sur Curiosity et ses résultats : https://marsprogram.jpl.nasa.gov/msl/index.cfm (site de la NASA, en anglais)
 
 
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.4 (5 votes)

Haikouichthys : le plus ancien vertébré connu

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Vierge: ne pas générer de sommaire automatique
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Haikouichthys (prononcez Hi-koo-ick-thees) : c'est le nom (compliqué !) de celui qui serait, d'après certains chercheurs, le plus ancien de tous les vertébrés connus à ce jour. Ce petit poisson d’à peine 2,5 cm vivait il y a près de 530 millions d’années, lors de la période géologique appelée Cambrien. 
 
C’est donc dans ce contexte du Cambrien que notre très lointain ancêtre, Haikouichthys est apparu. 
Les fossiles qui restent de lui nous montrent qu’il possédait déjà un crâne et une queue facilement identifiables. De plus, quelques éléments permettent également de penser qu’il possédait une notocorde, sorte de tige rigide, que l’on retrouve notamment chez les myxines actuelles. Habituellement, chez les vertébrés, la notochorde n’est présente que chez l’embryon et disparaît au cours du développement pour être remplacée par une véritable colonne vertébrale.
 
Logo définition
Le cambrien : période « d'explosion de diversité »
 
Les paléontologistes pensent qu’à cette période, une véritable « explosion de diversité » a eu lieu. La plupart des fossiles retrouvés avant le Cambrien sont ceux de cellules isolées, ou parfois regroupées en amas, quelques métazoaires (organismes possédant plusieurs cellules) sont également présents. Puis, au Cambrien, sont apparus rapidement - en seulement quelques 10 millions d’années ! - la majeure partie des grands groupes d’animaux, de végétaux et de micro-organismes. La grande majorité des fossiles du Cambrien appartiennent même à des groupes d’organismes qui ont aujourd’hui totalement disparu !
Les causes exactes de ce phénomène restent à ce jour encore assez énigmatiques, et malheureusement assez peu de fossiles de cette période fascinante d’explosion de diversité ont pu être retrouvés. Le site le plus emblématique contenant des fossiles de cette période est connu sous le nom de Schistes de Burgess, au Canada
 
Par ses caractéristiques, Haikouichthys ainsi qu’une espèce très proche, Myllokunmingia, sont considérés par certains paléontologistes comme les ancêtres de tous les craniâtes, c’est-à-dire les vertébrés et les myxines. Cependant, assez peu de choses sont connues de Myllokunmingia, puisque’à ce jour, un seul fossile de cette espèce à été retrouvé.
 
Plus controversé, un autre fossile appelé Pikaia, et plus vieux que Haikouichthys et Myllokunmingia, pourrait lui aussi être notre très lointain ancêtre…
 
 
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4 (4 votes)

Il existe un opéra en langue extraterrestre

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
KlingonNommé ’u’ pour univers ou universel en français, cet opéra néerlandais présenté à La Haye le 10 septembre 2010 a été écrit en Klingon. Cette langue -le Klingon- est une langue fictive créer par le linguiste américain Marc Okrand, pour la race klingon de la série télévisée Star Trek.
 
Il existe de nombreux textes classiques ayant été traduits en Klingon par L'Insitut de la Langue Klingonne. Il est ainsi possible de lire dans cette langue l'Epopée de Gilgamesh, Hamlet de Shakespeare ou encore la Bible. Cependant, ’u’ est la première oeuvre créée dans cette langue.
 
’u’ souhaite selon son auteur être fidèle à la 'culture musicale' klingon autant qu'à la langue et se présente comme le premier opéra klingon complet et authentique mis en scène sur Terre. Il traite de ce qu'est être un vrai Klingon.
 
Références:
- Le site officiel de la pièce
- Un reportage de la BBC
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.7 (3 votes)

Internet et ses internautes ont leur saint patron

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Vierge: ne pas générer de sommaire automatique
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Isidore de SévilleAmis internautes, vous n'êtes plus seuls! Sachez en effet que depuis une dizaine d'année, un saint patron veille sur vous. En 2001, à la suite d'une réflexion de deux ans environ, le Service d'Observation d'Internet du Conseil Pontifical pour les Communications Sociales a en effet choisi le saint patron de l'Internet, des internautes et des informaticiens.
 
Ce saint ? Un ecclésiastique du VIème siècle appelé Isidore de Séville (mort le 4 avril 636). Canonisé en 1958, sa fête est le 4 avril. En 1722, il sera nommé docteur de l'Eglise puis proposé comme saint patron en 2001.
 
Mais quelle relation entre un évêque de Séville du VIème et Internet ? Son oeuvre tout simplement ! Isidore de Séville a en effet conçu et écrit une analyse étymologique des mots, répartie en 448 chapitres regroupés en 20 livres nommés Etymologiæ (les Etymologies). Cette extraordinaire encyclopédie a tenté de recueillir l'intégralité du savoir antique, tant religieux que profane mais aussi scientifique, linguistique, historique et culturel au travers des consonnances et origines des mots. Menacé de disparition au Moyen-Age, ce savoir universel et séculaire risquait de tomber dans l'oubli.
 
La grande particularité de cette série de livres est en fait son organisation. "Le saint qui a écrit les Etymologies", conclut l'étude du Service d'Observation d'Internet, "a donné à son œuvre un structure qui ressemble énormément au concept de la base de données".
"Il était en avance sur son temps. Il fut un pont culturel entre l'Antiquité et le Moyen Âge. C'est aussi pour cela que nous nous sentons proches de lui car nous nous trouvons au tournant d'une nouvelle étape de l'Histoire", a répondu l'un des informaticiens interrogé par le Service d'Observation promu par le Vatican.
 
Au détour d'une prière à ce saint, n'oubliez pas cette citation de lui:
"Etudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain"
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4 (5 votes)

Ka-sat est le premier satellite pour l'internet très haut-débit

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Dimanche 26-12-2010 à 22h51 (heure de Paris), le lanceur Proton-M décollait de Baïkonour au Kazakhstan, mettant en orbite le satellite Ka-Sat. Crée par la compagnie Eutelsat pour un budget de 400m€ lancement compris, ce satellite de 70 tonnes dispose de 80 faiseaux haut-débit couvrant l'Europe et le bassin Méditerranéen.
 
Disposant d'une capacité globale de 70Gbps*, ce satellite se propose d'offrir aux usagers des zones blanches (non couvertes par le haut débit terrestre) une connexion internet de 10Mbits en réception et 4 Mbits en émission, soit l'équivalent d'une offre ADSL2 classique. En outre, ce satellite est capable de transmettre les services de très haut-débit comme les films HD à la demande ou la télévision 3D.
Pour le lancement du service en mai 2011, ce seront près de 300 000 foyers français parmi les 850 000 foyers oubliées du haut-débit qui devrait être elligibles à cette offre; il ne restera plus qu'à positionner la parabole en direction du satellite:  9° Est et recevoir cet internet des étoiles !!
 
* Gbps: 1 milliards de bits d'information par seconde. 70Gbps représente donc un débit théorique de 7000 utilisateurs simultanés en connexion optimale à 10Mbits (ADSL) et utilisant simultanémenet les 100% de leur débit théorique.
 
 
Aucun vote pour le moment

L'attirance pour le rouge à lèvre serait hormonale !

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Image de tube de rouge à lèvre rougeLes premiers rouges à lèvres ont été retrouvés à Ur près de Babylone. Ils datent de 5000 av JC! Les rouges à lèvres de Cléopâtre étaient fabriqués à l'aide de pigments rouges issus de cochenilles broyés [de petits insectes rouges] mélangés à des oeufs de fourmis.
 
En 1770, une loi votée au Parlement anglais interdisaient aux femmes de porter du rouge à lèvres. Cette loi décrétait que "les femmes reconnues coupables d'avoir utilisé des moyens cosmétiques pour séduire des hommes dans le but de se faire épouser pourraient être jugées de sorcellerie".
 
Si les hommes argumentent souvent qu'ils trouvent les femmes naturelles plus belle, des tests prouvent qu'une femme au rouge à lèvres rouge vif serait considérée comme séduisante par les hommes et jugée égocentrique par les femmes. A contrario, une femme sans rouge à lèvre serait perçue comme acharnée au travail voir manquant d'aptitude personnelle...
 
D'un point de vue anthropologique, la 'beauté' du rouge à lèvres proviendrait du rappel des parties lèvres génitales excitées. Quoi qu'il en soit il est vrai qu'un processus hormonal naturel rosie légèrement les lèvres des femmes en périodes d'ovulation.
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (5 votes)

L'unité de mesure du piment est le Scoville

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Vierge: ne pas générer de sommaire automatique
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Echelle ScovilleCertains piments n'ont de fort que le nom, tandis que d'autres nous brûlent quasi-littéralement la bouche. Mais comment mesurer la force des piments ? C'est la question que s'est posé Wilbur Lincoln Scoville (1865 - 1942), un pharmacologue américain. En 1912, il met alors au point  "The Scoville Organoleptic Test" (traduisez Test organoleptique de Scoville) permettant de déterminer la force d'un piment.
 
Sa méthode ? Broyez votre piment en une poudre, puis diluez la dans son volume d'eau sucrée. Ensuite,  faites gouter ce mélange à cinq personnes ! Si la sensation de brûlure persiste, diluez encore plus et re- faites gouter. Un piment n'étant plus senti par aucune des cinq personnes lorsque dilué 10 000 fois sera noté 10 000 sur l'échelle de Scoville ou encore comme valant 10 unités Scoville.
 
La molécule responsable de la sensation de brûlure (ou de chaleur) ressentie après ingestion du piment est la Capsaïcine. Un poivron vert atteindra alors 0 sur l'échelle Scoville tandis que la Capsaïcine pure sera notée 16 millions ! Le paprika doux sera noté entre 100 et 500 et le paprika fort entre 5 000 et 15 000.
 
Le plus fort piment du monde (d'après le Guinness des records) est le Naga Viper, crée par croisements par un cultivateur britannique de la Chilli Pepper Company. Sa force est de 1 359 000 sur l'échelle de Scoville et son ingestion donne selon son fabricant "une sensation de douleur pure" dont les effets peuvent durer plus d'une heure, durant laquelle "vous n’avez envie de parler à personne ni de faire quoi que ce soit".
 
Notons toutefois que le procédé de Scoville est très subjectif, puisqu'il fait appel à la perception et à l'appréciation des examinateurs. La méthode moderne de ce test prévoit donc la mesure du taux de capsaïcine par chromatographie en phase liquide, une technique de chimie scientifique bien plus objective !
 
24% : En mesurant la quantité de larmes produites lorsque que l'on mange le piment
41% : En notant l'intensité de la douleur lorsque que l'on mange le piment
35%   : En mesurant la durée de l'effet de brûlure lorsque que l'on mange le piment
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 3.9 (7 votes)

La "sonnette" du serpent à sonnette provient de restes de mues

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
 
Les crotales présentent un organe bruiteur au bout de la queue
Les serpents à sonnette, ou crotales, ont gagné leur nom à partir du petit organe situé au bout de la queue. Ce bruiteur, la cascabelle, est agité par le serpent lorsqu'il se sent menacé.
 
Savez-vous d'où provient ce son ?
Vous avez sans doute appris que le serpent mue régulièrement, au fur et à mesure de sa croissance. Chez les crotales, toute l'ancienne peau (appelée exuvie) se détache, à l'exception des dernières écailles de la queue. La cascabelle est donc formée de restes de mues, formant des anneaux d'écailles plus ou moins mobiles.
Lorsque le serpent agite la queue, les écailles sont mises en mouvement les unes par rapport aux autres et le frottement produit un crissement sec caractéristique.
 
Selon certains scientifiques, les crotales, vivant proches de troupeaux de grands mammifères herbivores à sabots (appelés les ongulés), ont progressivement développés ce système sonore pour prévenir de leur présence et éviter de se faire piétiner. Et ils sont généralement bien écoutés : l'imprudent qui ne les évite pas risque une morsure du crotale, dont le venin est parmis les plus puissants...
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (3 votes)

La boîte de conserve a 200 ans

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Une boite de conserve en fer blancLe procédé utilisé pour la conservation des aliments dans les boîtes de conserve est appelé appertisation et fut inventé par le confiseur français Nicolas Appert en 1795. Inventée 60 ans avant la pasteurisation, l'appertisation est une technique de conservation des aliments  consistant à les placer dans des récipients étanches à l'air pour les chauffer (généralement de 110 à 120 C°) afin d'en tuer les micro-organismes.
 
Utilisant alors des bouteilles en verre ressemblant à nos bouteilles de lait actuelles, la première conserve fut fabriquée par Nicolas Appert en 1802 et connu un succès immédiat auprès des marins. En permettant le transport et la conservation des fruits et légumes, l'appertisation des aliments a permis la disparition du scorbut, une maladie liée au manque de vitamine C, un fléau pour les marins. Nicolas Appert décide alors de ne pas breveter son procédé et publie «L'Art de conserver pendant plusieurs années toutes les substances animales et végétales» pour lequel il recevra un prix du gouvernement.
 
La boîte de conserve en fer blanc à fermeture soudée, celle que nous connaissons aujourd'hui, fut créée en 1810 de l'autre côté de la manche par l'anglais Peter Durand et obtint le brevet le 25 août 1810, désormais date officielle d'anniversaire. La boîte de conserve a donc 200 ans !
 
L'ouverture des premières boites de conserve se faisait toutefois au marteau et au burrin. Il faudra attendre 1894 pour qu'apparaisse la «clé universelle» permettant de rouler le couvercle des boîtes de sardines autour de la languette. Puis 1967, pour voir l'apparition de l'anneau fixé sur les canettes de sodas.
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 2.9 (8 votes)

La guerre des poils a commencé à la préhistoire

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Soins corporels chez des femmes egyptiennes de l'antiquiteLe Dictionnaire à tout faire (édition Dauphin) rapporte que les hommes de néanderthal s'épilaient déjà du temps de la préhistoire en s'arrachant les poils coincés entre deux coquillages.
 
De manière plus certaine, l'épilation était un art répandu en Egypte Antique aux alentours de 3000av JC. L'épilation était alors pratiquée à l'aide de deux fils à raser ou de crème dépilatoire faites de mélanges douteux (sang de chauve-souris ou de grenouille, cendre, résine de pin). Mais les poils pouvaient aussi être carrément brûlés à l'aide de coquilles de noix incandescentes.
 
Les découvertes effectuées dans les sépultures datant de 1300 à 1100 avant J-C en Egypte ont démontré que les femmes de Ramsès II et de Ramsès III ainsi que leurs suivantes étaient toutes épilées, des aisselles jusqu’au pubis !
 
Contemporain de Jésus, le romain Ovide avertit ces dames dans L'art d'aimer "de prendre garde que vos aisselles n'offensent l'odorat, et que vos jambes velues ne se hérissent de poils." [livre 3, 193]
 
Aucun vote pour le moment

La tour Eiffel change de taille suivant la température

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Vierge: ne pas générer de sommaire automatique
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Tour eiffel
La hauteur de la Tour Eiffel varie d'une quinzaine de centimètres au cours de l'année. Elle grandit un peu lors des fortes chaleurs et rapetisse quand la température descend.
 
Ceci est le résultat d'un effet appelé en physique la dilatation thermique : à pression constante, le volume d'un corps augmente lorsque la température augmente. Cette augmentation est plus ou moins importante suivant le coefficient de dilatation de la matière constituant le corps. En d'autre termes, toutes les matières (et donc les choses) se dilatent quand il fait chaud et se rétractent quand il fait froid, mais certaines matières le font plus que d'autres.
 
L'acier dont est constituée la tour Eiffel a un coefficient de dilatation relativement important ce qui explique de telles variations.
 
Le verre subit sensiblement la même dilatation. C'est à cause de ce phénomène que naît la réaction du verre au choc thermique. Un verre en verre fortement chauffé puis brusquement refroidit ne résistera pas à la brusque variation de son volume. Les forces crées le font littéralement éclater!
 
D'autres matières se dilatent encore plus: le bitume par exemple. C'est un grave problème pour les ponts qui s'allongent en été et se rétractent en hiver. Une rétractation trop importante risquerait de détruire déchirer le pont! Heureusement, ceux-ci sont équipés de joints de dilatation. Idem pour les autoroutes !
 
Notez enfin que la dilatation thermique est également la cause du robinet d'eau chaude qui semble couler de moins en moins fort.
 
Différent joints de dilatation
Différents joints de dilatation sur autoroute, route et pont
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.7 (9 votes)

La vie cachée du nombril

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Voilà un article qui pourrait vous donner envie d’aller vous laver: alors que des scientifiques cherchent de la vie sur mars, d’autres sont occupés à s’observer le nombril… au sens propre !
 
Propre, peut-être pas tant que ça. L’équipe de Rob Dunn, de l’université d’état de Caroline du Nord, a minutieusement étudié la vie microbienne présente dans le nombril d’une soixantaine de personnes. Le nombril, cette petite cicatrice de notre cordon ombilical, est effectivement une des régions de notre corps que nous lavons et essuyons le moins. Les chercheurs s’attendaient donc à y trouver de la vie, mais ils ne s’attendaient pas à trouver une telle forêt vierge ! Rob Dunn et son équipe ont retrouvé en moyenne une soixantaine d’espèces de bactéries différentes ! Le recordman en totalise pas moins de 107 espèces !
 
Si certaines bactéries sont présentes en grand nombre et sont assez communes, tels les bacilles et les staphylocoques, certaines trouvailles ont été pour le moins… exotiques ! C’est le cas d’un patient dont le nombril héberge une bactérie jusqu’alors observée uniquement au Japon  - bien que celui-ci n’y ai jamais mis les pieds. Plus incroyable encore, l’histoire de cette personne à l’hygiène douteuse (son dernier bain remontant, d’après ses dires, à plus de deux ans) : les chercheurs ont retrouvé dans son nombril deux espèces d’archéobactéries, ces microorganismes très primitifs vivants dans des milieux extrêmes – telles les glaces polaires
 
A l’heure où la perte de la biodiversité s’accélère, certains seront peut-être ravis d’apprendre qu’ils hébergent un véritable écosystème au creux leur ventre. D’autres seront en revanche tentés d’éradiquer sur le champ cette faune locale insoupçonnée. Pas de panique cependant : nous hébergeons sur notre peau et dans notre corps de nombreux microorganismes, dont 99% sont inoffensifs. C’est même mieux : par leur présence, ils occupent l’espace et empêchent des bactéries plus dangereuses de s’installer. De plus, si la peau est saine et ne présente pas de plaies, elle empêche les microorganismes de pénétrer dans notre corps et de provoquer des infections. Ne courrez donc pas acheter de solution antibiotique : un bon coup de savon et un séchage minutieux seront amplement suffisants – sans oublier les autres recoins de notre corps, comme les orteils, les oreilles, etc.
 
 
Pour en savoir plus :
- Rob Dunn et son équipe ont créé un site d’informations pour sensibiliser le grand public aux microorganismes de notre corps : Your WildLife (en anglais)
- Dunn et.al (2012) A Jungle in There: Bacteria in Belly Buttons are Highly Diverse, but Predictable. PLoS ONE 7(11): e47712.
 
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.9 (9 votes)

La voix de la SNCF n'est pas artificielle

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Vierge: ne pas générer de sommaire automatique
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Simone HéraultLe train TER, numéro 8432 à destination de ... va partir ! Prenez garde à la fermeture automatique des portes, attention au départ ! En lisant cette phrase, vous avez certainement pris un ton particulier ? N'est-ce pas la voix la plus connue de France ? Ces messages diffusés en gare SNCF paraissent en effet bien familiers aux usagers habitués.
 
Depuis 1982, cette voix off n'a pas changé. Pour beaucoup, il s'agit d'une voix synthétisée par ordinateur... pourtant non ! Elle appartient à une charmante sexagénaire, Simone Hérault, ancienne présentatrice de France Inter Paris.
 
Tout commence en 1982 lorsque Simone passe un casting de voix pour la SNCF. Pourquoi a-t-elle été choisie ? Selon elle parce que: "Il se trouve que la fréquence de ma voix s'avérait particulièrement adaptée à l'environnement des gares".
 
A cette époque, chaque message doit être crée intégralement et indépendament et Simone enregistre des milliers de phrase toutes faites. Plus tard, avec l'arrivée des techniques numériques, ce sont des mots indépendants qui ont été enregistrés.
 
Le train... TER ... 9000 ... 400 ... 32 ... à destination ... de ...
 
Chaque mot est enregistré de sorte à se lier les uns aux autres en phrase. Ils sont ensuite stockés dans une base de données et réassemblés le moment voulu par ordinateur. Pour rendre le tout plus réaliste, certains mots, comme le nom des gares sont enregistrés trois fois: avec un ton montant, descendant ou neutre, afin de s'incruster au mieux dans tout type de phrase.
 
Contractuellement, la voix de Simone Hérault appartient donc à la SCNF, qui l'exploite dans des aéroports étrangés, notamment à Bruxelles et au Caire.
 
Et en petit bonus :
Saviez-vous que le 1er Avril 2009, dans plusieurs gares française, ce n'est autre que Homer Simpson qui a fait les annonces ?
 
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.3 (3 votes)

Le colibri est l'oiseau de tous les records

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Illustration: colibri se nourrissant de nectarLe nom colibri est un terme général regroupant plus de 330 espèces (de même que le  terme "canard" par exemple). Cet oiseau se nourrissant du nectar des fleurs à l'aide de son long bec détient de nombreux records.
 
Ses ailes par exemple, lui permettent de voler en avant, mais également sur place et même en arrière. Il lui suffit pour cela d'en modifier l'inclinaison.
"Leurs ailes battent à une vitesse folle": selon l'ornithologue français J. Berlioz,  si les colibris battent en moyenne entre 50 et 60 fois des ailes par seconde, certaines espèces atteindraient 200 battements seconde: un record chez les oiseaux!
Pour suivre le rythme, son coeur est surdimensionné : représentant 2,5% de la masse corporelle de l'oiseau, il bat jusqu'à 1200 fois à la minute. A titre de comparaison, le coeur d'un homme de 80kg pèse 250g en moyenne soit 0,3% de sa masse et bat jusqu'à 250 fois à la minute en cas d'effort intense.
Le colibri peut toutefois descendre fortement ce rythme cardiaque en cas de froid intense. Le colibri de Clemence (Lampornis clemenciae) passe ainsi d'environ 480 à 1 200 pulsations/minute pour 30C° à 36 pulsations/minute à 15C°. Ceci leur permet de résister à de grands froids. Au Québec, l'ornithologue américain Arthur C. Bent a ainsi observé des colibris ayant résisté à une température inférieure à 0 °C pendant plusieurs jours et à un enneigement de 15 cm.
 
Enfin, signalons que toute cette mécanique est au service de son vol : 48km/h en moyenne. Certains colibris atteignent même 90km/h en conditions favorables. Proportiennellement à sa taille de 10cm, il est donc plus rapide qu'un avion à réaction.
 
Références :
- Le colibri article de l'Encyclopédie Larousse
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.5 (11 votes)

Le hoquet nous vient du têtard !

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
 
Un têtardChacun a au moins une fois dans sa vie été victime du hoquet, phénomène répondant au doux nom scientifique de myoclonie phrénoglottique. Derrière ce symptôme désagréable se cache un réflexe respiratoire dont les origines remontent loin dans le temps et l'évolution.
 
Le hoquet est en fait une forte inspiration d'air, suivie d'une brusque fermeture de la glotte, à l'origine du bruit "hic" caractéristique. Pour comprendre ce mécanisme, sachez que la respiration est contrôlée par deux nerfs reliés au diaphragme : le nerf vague et le nerf phrénique. Or ces deux nerfs ont un parcours particulièrement sinueux dans le corps et sont donc sensibles à plusieurs types d'interférences. Celles-ci, perturbant le fonctionnement des nerfs, peuvent entrainer le déclenchement de ces spasmes.
Mais d'où vient ce réflexe ?
Ce réflexe provient dun phénomène très semblable se retrouvant chez les batraciens, et particulièrement les têtards. Ceux-ci possèdent à la fois des branchies et des poumons. En milieu aquatique, lorsqu'ils inspirent, de l'eau entre par la bouche pour la respiration par les branchies. Toutefois, il ne faut pas que cette eau puisse s'écouler dans les poumons. C'est là qu'intervient la fermeture rapide de la glotte, mis en oeuvre par le même contôle nerveux que chez l'humain.
Certains stimulis (distension de l'estomac, absorbtion d'un aliment très froid ou très chaud, stress, peur...)  peuvent donc venir irriter notre nerf phrénique et réenclencher ce vieux réflexe. Témoin de notre passé évolutif, nous partageons le hoquet avec presque tous les mammifères !
 
Et si de manière générale, le hoquet passe assez vite, il peut exister des formes chroniques où le hoquet persiste plusieurs semaines, mois... voire années, comme pour le malheureux Charles Osborne qui a hoqueté pendant 68 ans.
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 3.8 (4 votes)

Le lapin n'est pas un rongeur

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
comparaison entre les crânes de lagomorphe et de rongeurLe lapin ronge tout ce qui lui passe sous la patte. Pourtant, le lapin n'est pas un rongeur! Il s'agit d'un mammifère de l'ordre des lagomorphes.
 
En tant que mammifère, il possède des poils et allaite ses petits; juste là rien de nouveau... Quelle différence avec le rongeur ?
 
Le lagomorphe possède deux paires d'incisives supérieures alors que le rongeur n'en a qu'une. Plus bizarre encore, ces deux paires sont sur deux rangées différentes! Vous avez déjà très certainement vu les deux dents de devant du lapin: c'est l'une des paires d'incisives. L'autre paire est cachée derrière : ce sont  également deux incisives, mais plus petites (cf schéma ci-contre). Il croque et ronge donc les aliments avec les deux dents de devant puis les mâche une fois dans sa bouche avec celle de derrière.
 
Le lapin est également un cæcotrophe: il mange ses 'crottes'. Au bout de son intestin, il possède un sac appelé cæcum dans lequel peut se loger la nourriture. Celle-ci est digérée par des enzymes spéciales qui en tirent les vitamines. Une fois digérée une première fois, cette nourriture est expulsée sous forme de petites crottes molles. Le cæcotrophe remange ces crottes molles -le lapin lui les suce comme un bonbon- pour en faire une seconde digestion évacuée sous forme d'excréments en forme de petites billes dures: celle-ci il le les remange pas !
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4.2 (10 votes)

Le plus long mot du monde possède 195 caractères

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
 
 le plus long mot du monde
La taille des mots dépend de règles spécifiques à chaque langage ; dans certaines langues, on peut ainsi former des mots par accumulation de noms et les combinaisons sont presque infinies !
 
Les germanophones en savent quelque chose car il est facile de créer des mots composés en allemand. Le plus connu est certainement ce "mot" de  41 lettres : "Donaudampfschiffahrtsgesellschaftskapitän" (le capitaine de la compagnie maritime du Danube). Mais ces mots, qui sont des créations "artificielles", tiennent plus du jeu et ne sont jamais employés dans une conversation normale ou dans un écrit. Inutile aussi de les replacer au Scrabble, les plateaux ne laissent de place que pour des mots de 15 lettres tout au plus ! Toutefois, en 1999, un ensemble de 63 lettres est considéré comme un vrai mot, au sens légal du terme et devient le plus long mot allemand : Rindfleischetikettierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgesetz (loi sur le transfert des obligations de surveillance de l'étiquetage de la viande bovine). Mais comme il reste ardu à replacer dans une conversation, on préférera rapidement le remplacer par son sigle : ReÜAÜG.
 
Les Russes s'illustrent également dans la création de mots composés : c'est ainsi qu'est entré dans le Guinness des Records ce mot de 54 lettres : Нииомтплабопармбетзелбетрабсбомонимонконотдтехстромонт. Ce géant n'est pourtant qu'un acronyme (comme le sont "ONU" ou "SMS") d'une administration soviétique signifiant "Laboratoire pour des opérations de couverture, de renfort, de béton et de béton armé pour les constructions composites-monolithiques et monolithiques du département de la technologie des opérations du bâtiment assemblé de l’institut de recherche scientifique de l’organisation pour la mécanisation de bâtiment et l’aide technique de l’académie du bâtiment et de l’architecture de l’Union des républiques socialistes soviétiques".
 
Mais laissons là les mots allemands et Russes ; le mot le plus long du monde actuellement officialisé dans le Guinness des Records les devance tous de loin. Retrouvé sur un document hindou datant du 16è siècle, ce mot composé contient 195 caractères Sanskrits (428 lettres si l'on le transcrit en caractères latins) ! On l'attribue à Tirumalãmbã, Reine de Vijayangara, décrivant une région Indienne (Tamil Nadu) et voilà - à peu près - ce qu'il signifie : "Ici, la détresse causée par la soif aux voyageurs a été atténuée par les rayons des yeux brillants des jeunes filles, des rayons faisant honte aux courants de lumière, d'eau chaude et froide chargés de la forte odeur de cardamome, du clou de girofle, de safran, de camphre et musc et sortant des pichets (tenus dans) les mains semblables à des fleurs de lotus des vierges (assises) près des belles criques, faites de grosses racines de vétiver mélangées à la marjolaine, leurs pieds couverts de sable mou comme des coussins, et un groupe de nouveaux manguiers en germination, qui ne cesse d'obscurcir l'espace, ce qui avait d'autant plus de charme à cause des gouttes ruisselantes de jus floral, causant ainsi l'illusion d'une rangée de gros nuages de pluie, densément remplis de nectar abondant."
 
Ouf ! Voilà, vous pouvez respirer…
 
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 3 (4 votes)

Le premier virus informatique a 40 ans

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Saviez-vous que le premier virus informatique a 40 ans?
Lancé en 1971 sur le réseau ARPANET (l'ancêtre d'internet), ce virus se nommait The Creeper. Bien entendu, à l'époque, la notion de virus informatique était inconnu et The Creeper avait pour simple but de démontrer la possibilité de mobilité d'une application à travers un réseau.
 
Que faisait-il? Rien de bien méchant en fait! Il passait d'un ordinateur à l'autre sur le réseau. Arrivé sur une nouvelle machine, il se contentait d'afficher "I'm the Creeper, catch me if you can!" (Je suis une plante grimpante, attrapez-moi si vous le pouvez). The Creeper lançait ensuite une impression puis l'arrêtait (juste de quoi démontrer qu'il pouvait en prendre les commandes). Il ouvrait alors un port et "sautait" vers une autre machine, en principe sans laisser de traces sur la première. Pour les plus curieux, sachez que ce virus s'attaquait alors aux ordinateurs DEC PDP-10 utilisant le système d'exploitation TENEX TOPS-20.
 
Une petite note de culture toutefois : en réalité, un virus informatique est souvent utilisé comme terme générique pour désigner un logiciel malveillant. Toutefois d'un point de vu technique, "virus" désigne une application infectant un programme existant appelé hôte.  The Creeper est du genre vers informatique. C'est un programme autonome qui, comme un vers, rampe d'ordinateur en ordinateur.
 
Enfin, il faut savoir que le premier virus pour PC est apparu en 1986 et que l'on en comptait, 4 ans plus tard -en 1990- 1300 différents. A l'heure actuelle, plus de 200 millions de virus différents sont en circulation et ce nombre ne fait qu'augmenter. Bientôt, l'anti-virus deviendra obligatoire même sur votre téléphone portable !
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 3 (5 votes)

Le spam pollue autant que des millions de voitures

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
SPAM: a l'origine une marque de jambonChaque année, 62 milliards de spams sont envoyés de par le monde. Une étude menée par l'éditeur d'antivirus McAfee a montré que 33TWh sont annuellement consacrés à l'envoi, au traitement, et au filtrage de ces courriers indésirables. Le spam consomme donc autant que 2,4 millions de foyers américains.
 
En terme d'émission de gaz à effet de serre, la production représente celle de 3,1 millions de véhicules consommant 7,5 millions de litres d'essence ! Chaque spam émet donc 0,3g de CO2 d'où un impact environnemental massif.
 
----
Saviez-vous que le spam provient à l'origine d'une marque créée et déposée par Hormel Foods en 1937. La signifaction de cet acronyme diffère suivant les sources et signifierait "Shoulder of Pork and Ham" (épaule de porc et jambon) ou encore "Spiced Ham" (jambon épicé, l'explication officielle fournie par Hormel).
L'utilisation du terme SPAM pour désigner un message indésirable provient d'un sketch populaire des monty python inspirée d'une publicité répétant avec insistance le nom de ladite marque.
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (2 votes)

Le squidworm, cette nouvelle espèce animale

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
 
Le squidwormSi vous pensez que toutes les espèces animales et végétales sont aujourd'hui connues, il va falloir revoir votre jugement. Le temps des explorateurs et des terres inconnues est -à priori- révolu, mais les chercheurs décrivent encore chaque année environ 18 000 nouvelles espèces !
 
Le répertoire mondial des espèces animales et végétales en compte aujourd'hui 1,9 million et l'on estime entre cinq.... et cinquante millions le nombre total d'espèces dans le monde.
Parmi les petits nouveaux qui rejoignent le grand livre, le squidworm vu pour la première fois en 2007, a été découvert dans les philippines, à près de 3km sous la surface de l'océan. Cet étrange ver a gagné son nom à sa couronne de tentacules qui le fait ressembler à un petit calamar (squid en anglais).
 
Les chercheurs pensent que les dix paires de tentacules et de soies (sorte de grands poils) le long du corps se répartissent différentes fonctions: respiration, nutrition, sensations, propulsion...Mais en plus de son aspect extérieur, ce ver fascine les scientifiques parce qu'il vit dans un milieu intermédiaire : ni sur le fond océanique ni proche de la lumière, il représente peut-être une forme transitoire entre différentes formes de vie.
 
La découverte de nouvelles espèces enrichit notre connaissance et permet d'en savoir plus sur les processus évolutifs; ces nouvelles plantes et animaux, qui savent se montrer discret à nos yeux, sont des perles d'adaptations.  Malheureusement, le milieu marin qui souffre de surpêche et de pollution risque bien de voir disparaitre bon nombre d'espèces avec lesquelles nous n'aurons même pas eu le temps de faire connaissance...
 
 
sources :
image : Laurence Madin, Woods Hole Oceanographic Institution
The remarkable squidworm is an example of discoveries that await in deep-pelagic habitats. Karen J. Osborn, Laurence P. Madin and Greg W. Rouse - Biology Letters
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Le web a 20 ans !

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Vierge: ne pas générer de sommaire automatique
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Tim Berners-Lee
C'est le 6 août 1991 que le premier site web accessible au public est mis en ligne par l'inventeur du web Tim Berners-Lee, informaticien de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN).
 
Si le web et l'internet sont deux choses différentes, beaucoup ont tendance à confondre. Voici un donc un petit rappel.
 
Internet est un réseau de partage de données. Il permet simplement de transmettre des paquets de données d'un ordinateur à un autre. Sur ce réseau, de nombreuses applications se sont crées, le web en est une parmi d'autres: les emails, le chat, le FTP (transfert de fichiers), les newsgroups (USENET), les réseaux privés VPN, etc..
 
Chacune de ces applications utilise un protocle de communication (manière d'échanger leurs données) différent, c'est un peu la langue utilisé par l'application pour communiquer.
 
Le web a pour véritable nom le Word Wild Web (la toile d'araignée mondiale) et le nom de son protocole est le HTTP. Il s'agit d'une application d'internet permettant de rendre des ressources (page, image, vidéos) publiquement accessible via une adresse web et reliés entre elles par des hyperliens.
 
- En 1989, Tim Berners-Lee présente son idée folle.
- L'année suivante, Robert Cailliau se joint au projet et devient le co-fondateur du web.
- En 1991 est mis en ligne la première page web (copie datant de 1992). Les débuts d'internet sont difficiles, car personne n'en comprend vraiment l'intérêt. Jusqu'en 1993, le développement du web ne tient qu'à ces deux chercheurs.
 
Aujourd'hui, le web c'est notamment mille milliards de page web référencées par Google ! Et selon certaines études, ceci ne représenterait qu'une fraction du web, qui lui-même n'est qu'une fraction d'internet !!
Aucun vote pour le moment

Les indiens du Peru ont tous le même groupe sanguin

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Illustration jeunes filles indiennes du Pérou
Les indiens du Perou, mais également les Bororo du Brésil ou les Shompen de l'île de Nicobar ont un point commun : leur population est entièrement du groupe sanguin O, alors qu'il existe 4 groupes sanguins possibles (A, B, AB, O) !
 
Cette particularité peut s'expliquer entre autre par un modèle mathématique appelé "dérive génétique". Eh oui, il s'agit bien de lois génétiques ici, puisque l'appartenance à un groupe sanguin est déterminée génétiquement !
 
Lorsque l'on s'intéresse à la répartition de caractéristiques génétiques chez un grand nombre d'individus, on fait de la "génétique des populations". En principe, lorsque la population est de grande taille et que de nombreux échanges de gènes peuvent avoir lieu, on devrait retrouver autant de groupes sanguins A, B, AB ou O.
 
Seulement certaines populations peuvent se retrouver, par leur habitat ou leur culture, relativement isolées. Dans ces cas, il y a peu de brassage génétique et on peut observer la prédominance d'un groupe sanguin sur un autre. 
Mais pourquoi spécifiquement le groupe O ? Il semblerait que celui ci apporte un avantage en terme de santé, en protégeant notamment contre la syphillis. Les personnes du groupe O vivraient mieux, du moins plus longtemps, auraient donc plus d'enfants, tout ceci favorisant la diffusion des gènes responsables de ce groupe sanguin... et ce d'autant plus que l'apport génétique extérieur est quasiment absent  !
 
Pour en savoir plus avec AxiomCafe : Indiens du Pérou : la loi du groupe sanguin
 
 
Références:
- Répartition des groupes sanguins sur la planète
- Travaux sur les facteurs influencant cette répartition
 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4 (5 votes)

Les pigeons voyageurs ont une boussole dans le bec

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
 
Un pigeon
Pour se repérer dans leur environnement, les animaux migrateurs peuvent avoir recours à plusieurs sens, notamment visuels et olfactifs. On a toujours supposé que le champ magnétique terrestre était une composante importante de leur sens de l'orientation, mais sans pouvoir le démontrer.
 
D'après une équipe allemande, c'est à présent chose faite chez le pigeon voyageur : des analyses aux rayons X et des coupes de tissus ont mis en évidence la présence de particules magnétiques sous la peau, à la base du bec.
 
Regroupés en un petit organe complexe, des cristaux de maghémite et de magnétite (tous les deux des oxydes de fer: des particules magnétiques) sont présents près de cellules sensorielles. Les cristaux, en bougeant selon l'alignement avec le champ magnétique terrestre, viennent presser contre des cellules sensibles (des mécanorécepteurs), qui transmettent ensuite l'information au cerveau.
 
Le tout renseignerait ainsi l'animal sur sa position géographique, mais avec une grande précision et surtout en 3D, fournissant donc aussi des informations sur sa hauteur !
 
Source : Fleissner Ga, Stahl B,  Thalau P, Falkenberg G, Fleissner Gü (2007) A novel concept of Fe-mineral-based magnetoreception:histological and physicochemical data from the upper beakof homing pigeons - Naturwissenschaften 94:631–642
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 3 (1 vote)

L’humanité est à 5 minutes avant minuit !

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
En 1947, un groupe de scientifiques travaillant sur l’énergie nucléaire et la sécurité cherchait à évaluer le risque pour l’humanité d’être confronté à une apocalypse nucléaire. Leur but était de sensibiliser le public aux risques associés à l’armement nucléaire, en utilisant une image facile à appréhender. Pour figurer le niveau de risque, ils choisirent donc la métaphore de l’horloge ; la fin du monde étant située à minuit sur cette horloge symbolique.
 
Vous pensez qu'il s'agit d'un scénario digne des plus grands films catastrophes? Eh, bien non, ce que vous venez de lire est un véritable travail scientifique, et cette horloge s'appele la « Doomsday clock » ou « horloge de la fin du monde » en  Français. Elle est d'ailleurs citée dans de nombreuses œuvres et vous l’avez peut-être déjà aperçue dans l’excellent comic Watchmen…
 
Encore aujourd’hui, ce travail d’analyse des risques géopolitiques est régulièrement mise à jour par le groupe de réflexion Science et Sécurité du Bulletin of Atomic Scientists de l’Université de Chicago. De plus, ce groupe est aidé dans ce travail par divers conseillers venant de tous les horizons.
Lors de sa création, notre heure sur cette horloge était située à minuit moins sept. Au paroxysme de la guerre froide en 1953, l’humanité n’était qu’à deux minutes de l’apocalypse. Depuis 2007, l’horloge prend en compte non seulement le risque d’une apocalypse nucléaire, mais également écologique et technologique.
 
evolution de la doomsday clock au cours du temps- credit wikipedia commons
Evolution de la Doomsday clock de sa création en 1947 à aujourd'hui.
 
La dernière mise à l’heure de la pendule date de janvier 2014, et place, comme en 2012, l’humanité à 5 minutes avant minuit…
 

Pour en savoir plus...

Site en anglais du bulletin of atomic scientists
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Seulement 1% des sacs plastiques sont recyclés chaque année

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Image sac plastiquesSeulement 1% des sacs plastiques sont recyclés chaque année dans le monde. C'est très très peu, d'autant qu'un sac plastique abandonné dans la nature met plus de 100 ans à  se dégrader. Pendant ce temps, il nuit à l'aspect visuel de nos paysages et est source d'intoxication ou d'étouffement pour les animaux.
 
Si l'on recyclait plus, les grands sacs plastiques durables seraient pourtant une bonne solution par rapport aux sacs papiers et aux cartons. Une étude de GreenBerry montre en effet que la production de sac plastique n'utilise "que" 3% des ressources pétrolifères  et que sa fabrication est beaucoup plus économe en ressource que celle du sac papier. Fabriquer un sac plastique consomme 18% d'énergie et 3% de quantité d’eau  en moins que pour fabriquer un sac en papier tout en générant également 80% de moins de déchets. Mieux encore, son recyclage est également beaucoup plus économe ! Pour recycler 0,5kg de plastique, il faut 91% d'énergie en moins que pour un poid égal de papier.
 
Qu'attend-on pour généraliser les sacs réutilisables et surtout pour les recycler ?
 
Usage des sacs plastiques dans le monde
Le Maroc est le deuxième plus gros utilisateur de sacs plastiques au monde, 26 milliards (dont 6 milliards de sacs noirs), derrière les Etats-Unis (380 millliards), devant la France (17 milliards)
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (1 vote)

Un singe aurait pu écrire Harry Potter !

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Soyons clair : le titre de cet article ne contient aucune insinuation sur la qualité d'écriture de J.K. Rowling - l'auteur de Harry Potter - mais nous invite au contraire à nous pencher un peu sur la science des grands nombres et sur les calculs de probabilités. Pas de panique, vous allez voir, ce n'est pas si dur !
 
Imaginez que l'on puisse faire choisir à notre singe une lettre parmi les 26 de l'alphabet, en faisant en sorte qu'il ai autant de chance de prendre le A que le Z (par exemple en piochant les yeux fermés dans un sac contenant une fois chaque lettre). On dira alors que le tirage est équiprobable. Comme au loto, il faut en effet garantir que chaque lettre ai autant de chance d'être tirée qu'un autre.
 
Supposons alors que notre singe dispose d'une machine à écrire permettant uniquement de faire des lettres minuscules par pression sur une touche. Cette machine a donc les lettres de a à z, soit 26 caractères. Sachant qu'il ne comprend pas le language humain, si vous lui demandez de taper banane, notre singe a un chance sur 26 de taper au hasard sur la touche b ( soit 4%). Ensuite il a encore une chance sur 26 de taper a. La probabilité de taper consécutivement ces deux premières lettres "ba" est donc 1 chance sur 26x26 = une chance sur 676. Pour obtenir le mot complet "banane" (de six lettres), il aura donc une chance sur 26x26x26x26x26x26 = 266, soit une chance sur 308 915 776.
Le tirage suivant, de 15 lettres, contient par exemple le mot banane : lsdhgbananeldfg. Je ne ferais pas la démonstration mathématique ici, mais on considère qu'un tirage de n lettres est presque sûr de contenir le mot banane, et ce d'autant plus que n est un grand nombre. En fait, si n est énorme, voir quasi-infini, alors il y a presque 100% de chances que le tirage contienne le texte intégrale d'Hamlet, de Harry Potter, ainsi que votre biographie, la mienne et même tous les livres et toutes les histoires de la terre. Et ce "presque" et ce "quasi" sont même des nombres que l'on peut calculer !
 
Logo astuce
Quelle est la chance de trouver la combinaison d'un cadenas à 4 chiffres ?
Les chiffres d'un cadenas vont de 0 à 9, il y a donc 10 possibilités pour chaque roues du cadenas. Cela donne une chance sur 10 pour la première roue, une chance sur 10 pour la deuxième, et ainsi que suite, soit une chance sur 10x10x10x10 = une chance sur 10000 au total de trouver la combinaison. En supposant que par malchance votre code soit le 9999 et que le voleur commence par 0000, 0001, 0002, etc.. au rythme d'un essai toutes les deux secondes, il lui faudra au maximum environ 5h30 pour trouver votre code - et beaucoup de patience !
 
Mais revenons à notre singe et remplaçons-le par un ordinateur qui ira bien plus vite. Considérons aussi Hamlet dans une version sans accents, sans majuscules, sans ponctuation et sans espaces entre les mots ; bref, un hamlet écrit uniquement avec nos 26 lettres. Pour écrire les 20 premiers caractères du livre dans le bon ordre,  il faudra à notre ordinateur une chance sur 2620, soit une chance sur 19 928 148 895 209 409 152 340 197 376. Vous avez à peu près autant de chance de gagner 4 fois de suite au loto !
Alors pour écrire Hamlet en entier - environ 35 400 mots, admettons 180000 lettres -, l'ordinateur a une chance sur 26180000 de produire le texte entier, soit 0, 000...cent quatre-vingt mille zéros et 1 pour cent de chances d'y arriver !!
 
Vous ne vous rendez pas compte à quel point ces chiffres sont énorme ? Celà veut dire que statisquement parlant, il faudra que notre ordinateur produise 26180000 lettres aléatoirement pour que parmi elles se cachent le texte intégral d'Hamlet. Si cet ordinateur pouvait tirer une lettre toutes les nanosecondes (il y a en 1 000 000 000 dans une seconde), il faudrait malgré tout plusieurs fois l'âge de l'univers pour y arriver....
 
Possible en théorie, impossible en pratique !
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 4 (5 votes)

Un spermophile... ce n'est pas ce que vous croyez

Présentation de sommaire

Type de Sommaire: 
Sommaire: nécessite une mise en page de sommaire
Image de Sommaire: 
Illustration de l'article
Spermophile: un petit animalSi le suffixe 'phile' du grecque φιλέω (philéo) signifie aimer d’amitié et que 'sperme' désigne le fluide organique contenant les spermatozoïdes, sachez que sperme du grecque σπέρμα (spérma) signifie graine ou semence.
 
Le spermophile est donc un petit rongeur "amoureux des graines" de la famille des écureuils. Egalement appelé Souslik ou Écureuil terrestre, ce rongeur habite principalement dans l'hémisphère Nord et parculièrement en Amérique, même s'il en existe deux espèces en Afriques et deux autres en Europe de l'Est.
 
Les spermophiles se nourrissent de végétaux, graines et plantes diverses. L'hiver, certains d'entre eux tombent en léthargie et hibernent au fond de leur terrier.
 
En petit complément, saviez-vous que des millions d'arbres ont été plantés par des écureuils? Ils ont en effet cette manie d'enterrer leurs graines pour l'hiver... en oubliant un grand nombre de cachettes !
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 3 (4 votes)